Baisse des greffes d’organes en 2018

18 Janvier 2019
534 lectures
Notez l'article : 
0
 

En 2018, il y a eu 324 greffes de moins qu’en 2017, indiquent les données officielles de l’Agence de la biomédecine. C’est la première baisse après huit années de forte hausse. L’explication est assez sinistre : une diminution du nombre de décès liés aux accidents vasculaires cérébraux. Pour la première fois depuis plusieurs années, le don d’organes a diminué de 5 % en France en 2018, a donc annoncé cette agence (11 janvier). D’autres pays connaissent la même tendance. L’an dernier, 5 781 greffes ont été réalisées en France tous organes confondus, contre 6 105 en 2017 et 5 891 en 2016. L’essentiel de cette baisse vient des greffes de rein, qui sont aussi les plus pratiquées. La majorité des greffes, tous organes confondus, est réalisée à partir de donneurs en état de mort cérébrale. Outre les greffes de rein, il y a eu l’an dernier 1 323 greffes de foie (dont 14 grâce à un donneur vivant, qui donne une partie de cet organe), 450 de cœur, 372 de poumons, 78 de pancréas, 9 cœur-poumons et 3 d’intestins. Pour rappel, depuis janvier 2017, il suffit de s’inscrire par Internet sur le registre national des refus, rappelle Le Figaro, pour en pas être considéré comme donneur d’organes, alors qu’auparavant, l’opposition se faisait uniquement par voie postale. « L’opposition de la population au don d’organes n’a pas augmenté depuis cette loi. Au contraire, le taux de refus exprime une tendance à la baisse (33 % en 2016, 30,5 % en 2017 et 30 % en 2018) », a indiqué l’Agence de la biomédecine.