Baromètre de la pauvreté

25 Septembre 2022
238 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ipsos et le Secours populaire réalisent, depuis 16 ans, leur Baromètre de la pauvreté. La dernière édition s’est déroulée dans un « contexte social particulièrement difficile et préoccupant ». L’inflation très importante que connaît notamment la France a entrainé de « fortes tensions économiques sur le budget des ménages ». Logiquement, cette hausse des prix a des conséquences importantes sur la situation sociale des Français-es, notamment celle des personnes les plus fragiles. Dans son commentaire, l’Ipsos rappelle qu’aujourd’hui « la pauvreté n’est pas une dimension lointaine, mais une réalité observée par une majorité de Français-es ». Ainsi, 65 % d’entre eux-elles connaissent au moins une personne confrontée à la pauvreté dans leur entourage familial ou amical, soit une hausse de 10 points en un an. De plus, 57 % des Français-es disent même avoir déjà connu une situation de pauvreté à un moment de leur vie et 85 % craignent que les futures générations n’aient à vivre davantage de situations de pauvreté qu’eux-mêmes, un niveau record. Les Français-es sont « donc pleinement conscients de cette réalité et s’en inquiètent ouvertement ». Cette généralisation de la précarité a pour effet immédiat une augmentation forte des difficultés financières, notamment pour les personnes les plus précaires, explique le Baromètre. « Sur de nombreuses dépenses indispensables de la vie quotidienne, la part des Français-es rencontrant des difficultés est en hausse. C’est notamment le cas pour les frais de transport : 45 % des Français-ses rencontrent des difficultés pour les payer, soit une hausse de 15 points en un an. Par ailleurs, 41 % rencontrent aussi des difficultés pour payer leurs frais d’énergie (+6 points) et 37 % (+5 points) ne parviennent pas à manger des fruits et légumes frais tous les jours ». Les foyers les plus modestes sont particulièrement touchés et voient une hausse très forte du nombre de personnes concernées par ces difficultés : 67 % de ceux dont le revenu mensuel net est inférieur à 1 200 euros ont des difficultés pour payer leur frais de transport, soit une hausse de 18 points en un an. « Face à cette situation sociale difficile, les Français ont conscience de l’importance de la solidarité et sont prêts à s’engager : 65 % d’entre eux seraient prêts à s’impliquer personnellement pour aider les personnes en situation de pauvreté », indiquent les résultats de cette seizième édition Baromètre.