Beaucoup de fumée autour du nouveau Plan anti-tabac

5 Octobre 2014
1 433 lectures
Notez l'article : 
0
 

Annoncé en juin dernier, le Programme national de réduction du tabagisme (PNRT) a livré, par l’intermédiaire de Marisol Touraine, ses contours concrets. La ministre de la Santé a annoncé, le 25 septembre dernier, plusieurs mesures visant à réduire de 10 % le nombre de fumeurs d’ici 2020. A la clé, une campagne nationale de prévention et l’avènement des paquets de tabac neutres d’ici la fin de l’année. "C’est une grande date aujourd’hui, cela fait des années que nous attendions ce plan", a déclaré Madame Touraine lors de sa conférence de presse. Ce plan prévoit également des restrictions d’utilisation de la fameuse e-cigarette. Cette dernière, appréciée et soutenue par des associations de "vapoteurs", va pourtant être circonscrite à certains lieux publics (cafés et restaurants) et interdites à la publicité, sur le lieu de travail, en présence d’enfants et de la voiture aux aires de jeux. Un coup de tabac étonnant contre l’e-cigarette, qui a pourtant fait ses preuves comme moyen de réduire sa consommation de cigarettes classiques. "Comment expliquer qu’un produit sans tabac, sans combustion et sans effets délétères sur l’entourage puisse faire l’objet d’une quelconque législation pour en restreindre l’usage ?", demande l’Association indépendante des utilisateurs de la cigarette électronique (Aiduce), pour qui "une politique meurtrière vient d’être dévoilée". "Renvoyer les salariés vapoteurs d'une entreprise avec leurs collègues fumeurs, à l'extérieur du bureau, c'est les exposer à la tentation de la cigarette. C'est aussi, les exposer directement aux dangers de la fumée et au tabagisme passif" a regretté sur le site lemonde.fr le Syndicat national des professionnels de la cigarette électronique. Remontés contre cette réforme, ils se retrouvent presque alliés avec les industriels et lobbyistes du tabac, qui menacent d’une réponse judiciaire contre les paquets sans marque visible. Seules les associations et comités anti-tabac saluent ces mesures, dont l’augmentation du remboursement des produits de sevrage tabagique qui sont pour eux le seul moyen pour faire reculer le tabagisme, qui tue près d’un fumeur sur deux parmi les 16 millions recensés par Tabac Info Service. Cette consommation reste la première cause de mortalité évitable en France, avec 73 000 décès chaque année.
Tabac Info Service offre un suivi gratuit et personnalisé par téléphone (39 89) et sur Internet.