Billy Porter annonce sa séropositivité

6 Juin 2021
532 lectures
Notez l'article : 
0
 

« C’est à ça que ressemble une personne séropositive, je n’ai jamais été en aussi bonne santé de toute ma vie ». C’est la déclaration puissante de Billy Porter en couverture du magazine américain The Hollywood Reporter  dans lequel l’acteur et chanteur afro-américain annonce qu’il vit avec le VIH depuis 2007. Dans la série Pose, réalisée par Ryan Murphy, Billy Porter incarne Pray Tell, un homme gay qui fait partie de la scène queer ballroom à New York pendant les années les plus dures de l’épidémie de VIH/sida, du milieu des années 80 au milieu des années 90. Son personnage flamboyant a ému le monde entier dans le dernier épisode diffusé le 16 mai et qui, sans trop dévoiler la trame de la série, fait écho avec l’histoire personnelle que son interprète raconte au magazine Hollywood Reporter. « La honte de cette époque et la honte que j’avais accumulée dans ma vie m’ont contraint au silence et j’ai vécu dans le silence pendant 14 ans », confie l’acteur. « Être séropositif d’où je viens, dans l’église pentecôtiste avec une famille très religieuse, c’est une punition divine ». Jusqu’il y a peu, il n’en avait parlé ni à sa mère ni à ses collègues de la série Pose car Il avait peur pour sa carrière : « Cela aurait été un autre moyen pour certaines personnes de me discriminer dans une profession déjà discriminante. Alors j’ai essayé d’y penser le moins possible, mais la quarantaine et la crise sanitaire m’ont beaucoup appris ». Billy Porter, qui révèle également avoir été abusé sexuellement par son beau-père quand il avait sept ans, assure que le moment est venu de « passer à autre chose, car la honte est destructrice ». L’acteur veut également faire passer un message d’espoir et montrer que la recherche thérapeutique a fait de grandes avancées dans la prise en charge du VIH depuis l’époque, dans laquelle se déroule la série. « Il est temps de raconter une autre histoire. Il n’y plus de stigma, arrêtons avec ça. Et de conclure : « La vérité est la guérison. Et j’espère que cela me libère. J’espère que cela me libèrera pour que je puisse éprouver une joie réelle et pure, pour que je puisse expérimenter la paix, pour que je puisse expérimenter l’intimité, pour que je puisse avoir des relations sexuelles sans honte. C’est pour moi. Je fais ça pour moi ». Ce coming out d’homme séropositif a fait le tour du monde en quelques heures et a suscité des milliers de réactions positives sur les réseaux sociaux. « L’interview de Billy Porter est importante. Pouvoir parler de sa séropositivité au VIH, montrer son corps, être un artiste reconnu, un activiste LGBT+ affirmé. À ce moment de sa carrière, c’est courageux. Bravo » a tweeté Hugues Charbonneau, producteur de films (120 battements par minute entre autres). De son côté, Florence Thune, la directrice générale de Sidaction, a réagi sur l’annonce aux parents qui fait écho avec son histoire personnelle : « Tu as porté ce fardeau pendant 14 ans ? Ne fais plus jamais ça, je suis ta mère ». Après six mois de secret, mes parents ont dit la même chose. On n’a plus peur de rien après ça. Leur confiance nous rend fort. Magnifique article sur Billy Porter ».