Bolsonaro contre le confinement

31 Mars 2020
181 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'opposition du président brésilien Jair Bolsonaro au confinement de la population face à la propagation du coronavirus a été accueillie au Brésil par un concert de casseroles et de critiques de personnalités politiques et des milieux sanitaires qui ont crié à son « irresponsabilité ». Le 24 mars, dans la soirée, dans une allocution télévisée solennelle, il a défié toutes les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), fustigeant la politique de « la terre brûlée » de certains États brésiliens et de municipalités préconisant à la population de rester chez elle. Le chef d'État a même poussé la provocation jusqu'à affirmer qu'en raison de son « passé de sportif », il ne ressentirait « presque rien » s'il était contaminé, « pas plus qu'une petite grippe », indique Franceinfo. Une attitude qualifiée « d'intolérable et d'irresponsable » par un collectif regroupant huit associations de professionnels-les de la santé. Dans un communiqué intitulé « Bolsonaro, ennemi de la santé du peuple », ce collectif a critiqué avec virulence le « discours de mort incohérent et criminel » du chef de l'État, qui « nie toutes les évidences scientifiques ». Même la classe politique a réagi. Ainsi le président du Sénat, Davi Alcolumbre, a considéré qu'il était « grave » que le président « attaque les mesures visant à endiguer le Covid-19 », en allant « à l'encontre des mesures prises dans d'autres pays, suivant les recommandations de l'OMS ». « C'est une vraie crise institutionnelle, avec un président qui entre en rupture avec les chefs du législatif, du judiciaire et les gouverneurs des États », estime Michael Mohallem, un professeur de droit de la Fondation Getulio Vargas, soulignant également « un manque d'harmonie au sein du gouvernement ».