Bulgarie : Amnesty lutte contre l’homophobie

16 Juillet 2012
937 lectures
Notez l'article : 
5
 
Drapeau_Bulgarie.jpg

Amnesty International a appelé (28 juin) la Bulgarie à condamner les crimes commis au cours des dernières années contre les LGBT avant la tenue samedi 30 juin à Sofia, la capitale, d'une Gay Pride condamnée par l'Eglise orthodoxe. "Des dizaines de LGBT ont été battus et violés" en Bulgarie, a expliqué Emily Gray, spécialiste de questions liées à l'orientation et à l'identité sexuelle à Amnesty International dans un communiqué cité par l’AFP. Une des victimes de ses agressions serait morte selon l’organisation non gouvernementale (ONG). "La plupart de ces crimes n'ont pas fait l'objet d'investigation correcte et n'ont jamais été sanctionnés", indique la représentante d’Amnesty. Une autre ONG, Human Rights Watch, a appelé (le même jour) la ministre de la justice Diana Kovatcheva à "dénoncer publiquement les déclarations incitant à la haine" contre les homosexuels et tout particulièrement celles du prêtre de Sliven (Est du pays) Evgueni Ynakiev. Celui-ci avait appelé à "jeter des pierres et à gifler" les homosexuels et les transsexuels au cours de la Gay Pride [le 30 juin donc] dans les rues de Sofia pour la cinquième année consécutive. Le Saint Synode, corps dirigeant de l'Eglise orthodoxe bulgare, à laquelle appartient traditionnellement plus de 80 % de la population, s'est "formellement opposé à la tenue d'une telle manifestation immorale", qui "risque de provoquer des tentations, une tension et des conflits". Onze ambassadeurs, dont ceux des Etats-Unis, de France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni, ont soutenu la manifestation : "Une opportunité pour promouvoir les droits de l'Homme et la tolérance, célébrer la diversité et dénoncer l'homophobie".