Cancers et idées fausses

10 Février 2023
531 lectures
Notez l'article : 
0
 

Paradoxe. Environ sept Français-es sur dix déclarent avoir des informations solides sur les cancers, prévient l'Institut national du cancer (INCa) dans son Baromètre Cancer 2021, rendu public le 30 janvier. Ce Baromètre Cancer est réalisé en partenariat avec Santé Publique France, et publié tous les cinq ans. Il permet de montrer comment les Français-es perçoivent le cancer et agissent face à la maladie. L'enquête est menée auprès de 5  000  personnes âgées entre 15 et 85  ans. Si les Français-es s'estiment bien informés-es sur les causes du cancer, ils-elles ont cependant tendance à minimiser les risques liés à leurs comportements individuels. Ainsi, une partie de la population sous-estime totalement le lien entre la consommation de tabac, ou celle d’alcool et le cancer. Pourtant, ces produits sont, respectivement, les première et deuxième causes de cancers en France. Ainsi, 23 % des personnes interrogées pensent que boire un peu de vin diminue le risque de cancer. Par ailleurs, seule une personne fumeuse sur cinq considère qu'il y a un risque de cancer lié à la consommation de tabac au-delà de 20 cigarettes par jour. Et plus d'un-e Français-e sur deux est persuadé-e que faire du sport permet de nettoyer ses poumons du tabac… ce qui ne marche pas. Un autre point d'inquiétude de l'Institut national du cancer concerne, cette fois, les cancers de la peau : les Français-es minimisent beaucoup l'impact d'une exposition excessive au soleil ou aux UV artificiels sur la probabilité d’être atteint-e, u jour, d'un cancer de la peau. Les Français-es surestiment, en revanche, le poids de l'hérédité face au cancer, craignant une sorte de fatalité alors que seuls 10 % des cancers ont une origine génétique. Le baromètre s’est également intéressé à la cigarette électronique, perçue comme nocive pour la santé par trois Français-es sur quatre. Plus de la moitié des personnes interrogées considèrent qu'elle est même plus dangereuse que la cigarette traditionnelle. L'Institut national du cancer révèle aussi que 10 % des vapoteurs n'avaient jamais fumé avant de se mettre à la cigarette électronique.