Cannabidiol : la France condamnée

19 Novembre 2020
281 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé illégale, jeudi 19 novembre, l’interdiction en France de la commercialisation du cannabidiol (CBD), soulignant que cette molécule présente dans le chanvre (ou cannabis sativa) n’a « pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ». L’arrêt de la CJUE concerne la cannbidiol « légalement produit dans un autre État membre de l’Union européenne lorsqu’il est extrait de la plante de cannabis sativa dans son intégralité ». Il devrait priver de base légale de nombreux procès en France et ouvrir de nouvelles perspectives à l’industrie européenne et française du chanvre, souligne l’AFP. La justice européenne avait été saisie par la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), qui devait statuer en octobre 2018 sur le sort de deux entrepreneurs pionniers de la cigarette électronique au chanvre. La cour d’appel estimait que la réglementation française pouvait ne pas être compatible avec celle de l’Union Européenne. Les deux entrepreneurs marseillais avaient été condamnés en première instance par le tribunal correctionnel de Marseille à 18 et 15 mois d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’à 10 000 euros d’amende. Les deux hommes se voyaient reprocher l’utilisation d’une huile légalement fabriquée en République tchèque contenant du CBD extrait de la totalité du cannabis sativa, feuilles et fleurs comprises, alors que la France n’autorise que l’usage des graines et des fibres. Dans son arrêt, la CJUE invoque « la libre circulation des marchandises » dans l’Union Européenne qui « s’oppose à une réglementation nationale » comme celle de la France, « dès lors que le CBD en cause (…) ne peut pas être considéré comme un stupéfiant ». L’interdiction de cette substance pourrait bien sûr « être justifiée par un objectif de protection de la santé publique », avance la juridiction européenne. Cependant, cette dernière relève que « d’après l’état actuel des connaissances scientifiques, dont il est nécessaire de tenir compte, à la différence du tétrahydrocannabinol (communément appelé THC), un autre cannabinoïde du chanvre, le CBD en cause n’apparaît pas avoir d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ». La cour estime que « la juridiction nationale doit apprécier les données scientifiques disponibles afin de s’assurer que le risque réel allégué pour la santé publique n’apparaît pas comme étant fondé sur des considérations purement hypothétiques » ; ce qui ne semble pas avoir été fait. « L’interdiction de commercialisation du CBD (…) ne saurait être adoptée que si ce risque apparaît comme suffisamment établi », affirme la CJUE.