Cannabis : la dépénalisation… très réclamée

11 Juin 2011
819 lectures
Notez l'article : 
0
 
d__p__nalisation-des-drogues50.jpg

C’est clair. Il faut désormais passer à autre chose. La commission mondiale sur la politique des drogues souhaite une approche "plus humaine" pour mettre fin à "la marginalisation" des consommateurs. Dans un récent article (3 juin), "Le Nouvel Observateur" fait état de l’engagement de plusieurs personnalités en faveur de la dépénalisation notamment du cannabis. On y trouve d'anciens présidents latino-américains comme le Brésilien Fernando Henrique Cardoso et le Colombien Cesar Gaviria. Ce sont d’ailleurs eux qui ont publié le rapport par la Commission mondiale sur la politique des drogues (Global Commission on Drug Policy), et qui fait déjà grand bruit. "La lutte mondiale contre les drogues a échoué, avec des conséquences dévastatrices pour les individus et les sociétés du monde entier", indique ce document auxquelles des personnalités comme l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et l'ancien président du Mexique Ernesto Zedillo, les écrivains mexicain Carlos Fuentes et péruvien Mario Vargas Llosa ont participé. "Cinquante ans après la signature de la Convention de l'ONU sur les drogues et quarante ans après que le président (américain) Nixon a décrété la guerre contre la drogue, il est urgent de réformer les politiques nationales et mondiales de contrôle des drogues", ajoute le rapport.
"Le Nouvel Observateur" indique que des personnalités britanniques comme l'actrice Judi Dench (M dans James Bond), le chanteur Sting et Richard Branson, fondateur de la marque Virgin ont adressé une lettre au Premier ministre britannique David Cameron, appelant plus généralement à la dépénalisation des drogues. Point particulièrement important, le rapport de la Commission préconise également "d'encourager l'expérimentation des gouvernements avec des modèles de régulation légale des drogues (en particulier le cannabis) afin de réduire le pouvoir de la criminalité organisée et protéger la santé et la sécurité de leurs citoyens". Selon des données de l'ONU, la consommation d'opiacés a augmenté de 35,5% entre 1998 et 2008, celle de cocaïne de 27% et celle de cannabis de 8,5%.
Plus d’infos (en anglais ou en espagnol).