Cellules sentinelles et réservoirs VIH

19 Novembre 2019
444 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les cellules dendritiques sont considérées comme les « sentinelles » du système immunitaire car ce sont les premières cellules du système immunitaire à entrer en contact avec les pathogènes (des agents, comme les microorganismes, par exemple, à l’origine d’une maladie). Leur rôle est d'alerter d'autres cellules du système immunitaire afin de mettre en place la défense de l'organisme, en particulier contre les virus, rappelle (25 octobre) un communiqué de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS). Ces cellules sont issues de cellules précurseurs sanguines, appelées pre-DC (cellules pré-dendritiques). Dans une étude récente soutenue par l'ANRS et parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, le professeur Philippe Benaroch (Institut Curie, Inserm U932) et son équipe montrent que les pre-DC sont à la fois capables de capturer efficacement le VIH, d'être infectées par celui-ci et de produire des nouvelles particules virales infectieuses. De plus, leur fonction principale étant d'entrer en contact avec d'autres cellules du système immunitaire, comme les lymphocytes T, cibles privilégiées du VIH-1, les auteurs-trices montrent que ces pre-DC sont aussi capables de transmettre ce virus, explique le communiqué de l’ANRS. « Cette infection par le VIH est rendue possible grâce à une molécule particulière (Siglec-1) présente à la surface des pre-DC », indiquent les auteurs-trices, qui concluent que la molécule « Siglec-1 pourrait ainsi représenter une nouvelle cible thérapeutique dans la lutte contre le VIH ».