Chasse à l'homme

2 Juillet 2008
894 lectures
Notez l'article : 
0
 
frontiere.jpg

Plusieurs dizaines de médecins alsaciens ont dénoncé, 30 juin, la "chasse à l'homme" conduite à l'égard des étrangers malades en France. Ces médecins ont aussi dénoncé le "climat de suspicion" qui vise les certificats rédigés par les praticiens pour des demandes d'asile médicales. Pour faire simple, disons que les préfectures, celles de la région Alsace notamment, ont tendance à considérer les médecins comme des militants. Du coup, les certificats qu'ils rédigent pour des personnes étrangères malades ne sont pas pris en compte et des patriciens ne sont plus agréés sans raison valable. Interrogé par l'AFP, le docteur Jean-Maurice Salen, responsable régional de Médecins du monde, affirme qu'il y a "une suspicion telle que les certificats que nous rédigeons sont de plus en plus vus comme des certificats de complaisance". "Auparavant, jamais le préfet n'allait contre l'avis d'un médecin", rappelle t-il. Encore une conséquence de la politique des quotas en matière d'expulsions des étrangers.

 

Commentaires

Portrait de Chakaleo

La France est fière de se présenter au concert des nations comme "Le pays des droits de l'homme". Cette rengaine nous a encore été servie cette semaine, à la faveur de l'inattendue libération de Ingrid Bettancourt des griffes de ses géoliers des Farcs. Mais être "La Nation des droits de l'homme" ne saurait être une simple posture, voire une imposture, destinée à jeter de la poudre aux yeux de l'opinion pour masquer des pratiques indignes même de Républiques bananières. La france a parfaitement le droit de se fermer à tous ces "souffreteux" qui convergent vers ses frontières avec l'espoir qu'ils y trouveront soutient et reconfort. Mais alors, si tel est aujourd'hui son choix et sa nouvelle vocation, qu'elle le dise et l'assume sans embages, et surtout qu'elle cesse de faire la leçon aux autres.