On connaît la chanson...

Mardi 7 Mai 2019 - 21:00 au 22:30
487 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’augmentation, spectaculaire, ces dernières années, des actes LGBTphobes a d’abord conduit à une réponse politique. Ces derniers mois, le président de la République a reçu des associations LGBT+, des ministres ont également reçu des délégations d’ONG et fait des propositions de lutte contre les LGBTphobies. La Mairie de Paris a proposé un plan local contre les violences et discriminations LGBTphobes. Fin décembre 2018, plusieurs personnalités (Muriel Robin, Alex Lutz, Camille Cottin, les Brigitte, Pierre Lapointe, Amel Bent, Alex Beaupin, Philippe Besson, Amir, Françoise Fabien, Zabou Breitman, Agnès Jaoui, Amanda Lear, etc.) ont réalisé un clip pour mobiliser contre les violences et discriminations perpétrées du fait du genre ou de l’orientation sexuelle. Au total, ce sont près de 70 personnalités du monde des arts qui se sont rassemblées bénévolement autour d’un projet baptisé « De l’amour », porté par l’association Urgence Homophobie. Ce n’est pas la première fois que l’on tente de lutter contre les violences LGBTphobes via une chanson. Ces dernières années, des chanteurs ou groupes comme Calogero, Indochine et, dans une moindre mesure Eddy de Pretto, ont essayé de changer la focale sur l’homosexualité et de dénoncer l’homophobie. Est-ce un moyen efficace de faire passer un message ? Quels sont les avantages de ce type de démarche ? Les inconvénients ? Est-ce plus pertinent que de faire une campagne publicitaire ? Trouvez-vous le message adapté ? C’est autour de ces questions que Diane-Seronet vous propose d’échanger pendant le chat thématique, mardi 7 mai à partir de 21 heures.