Chlamydias et gonocoques : facturation des dépistages

15 Septembre 2019
644 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une nouvelle nomenclature conditionne désormais la facturation des dépistages des chlamydias et gonocoques (infections sexuellement transmissibles). Elle a été publiée au Journal officiel (31 août 2019) et entrera en vigueur le 21 septembre 2019. Le dépistage des chlamydias et gonocoques consiste en un prélèvement sur un ou plusieurs des sites suivants : génital, rectal ou pharyngé (dans la gorge). Lorsque plusieurs sites sont analysés, on parle d’un dépistage multi-sites. Jusqu’au 31 août dernier, l’acte 5 301 définissait la tarification des dépistages chlamydias et/ou gonocoques. Une seule cotation s’appliquait, indépendamment du nombre d’infections recherchées ou du nombre de sites analysés. La facture était toujours de 22,95 euros. Cela valait, par exemple, aussi bien pour un dépistage rectal des chlamydias (un site - une infection) que pour un dépistage rectal, pharyngé et génital des chlamydias et des gonocoques (multi-sites - deux infections). Désormais, il y aura une facturation en fonction du nombre de sites dépistés. Depuis le 31 août (entrée en vigueur au 21 septembre), la facturation du dépistage des chlamydias et des gonocoques dépend du nombre de sites analysés. La nouvelle cotation est répartie sur trois actes : l’acte 5301 pour la recherche directe de chlamydias et/ou de gonocoques sur un site, la facture sera de 22,95 euros (valeur B85) ; l’acte 5302 pour la recherche directe de chlamydias et/ou de gonocoques sur deux sites, la facture sera de 29,70 euros (valeur B110) ; l’acte 5303 pour la recherche directe de chlamydias et/ou de gonocoques sur trois sites, la facture sera de 35,10 euros (valeur B130). Les tarifs indiqués sont pour la France métropolitaine. Le taux de 60 % des actes de biologie est remboursé pour les assuré-es du régime général de l’assurance maladie. Si vous disposez d’une complémentaire santé, celle-ci couvrira le montant restant. Pour les personnes bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), l’Aide au paiement de la complémentarité santé (ACS) et l’Aide médicale d’Etat (AME), le tiers payant s’applique : vous n’avez donc à avancer aucun frais. L’ancienne cotation ne satisfaisait pas certain-es biologistes, mécontents-es de facturer la même somme pour une comme trois analyses. La nouvelle nomenclature, parce qu’elle répond à l’insatisfaction des biologistes, pourrait donc bien mettre un terme à ce type d’agissements. Il est cependant recommandé de rester vigilant-es quant à sa bonne application. Pour rappel, les actes 5301, 5302 et 5303 ne sont en aucun cas cumulables. La cotation n’est pas calculée en fonction du nombre d’infections recherchées. Par conséquent, la recherche des deux infections ne doit pas justifier de payer en double les tarifs indiqués.