Cinq décennies de traitement VIH

31 Janvier 2023
1 202 lectures
Notez l'article : 
0
 

Alors que 2023 marque les 40 ans de découverte du VIH, le site américain Poz revient sur cinq décennies de traitements VIH et insiste sur les progrès phénoménaux en matière de traitements : de l’AZT aux traitements injectables. Les années 80 : Il faut attendre six ans après les premiers cas identifiés de malades en stade sida (en 1981), pour que la FDA (l’agence du médicament américaine) approuve le premier médicament antirétroviral, l'inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse Retrovir (AZT, ou zidovudine) en 1987. Les années 90 : La FDA met en place une procédure de validation accélérée pour les médicaments expérimentaux en 1992. Trois autres inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse sont approuvés au début des années 90, mais il est devenu évident que l'utilisation des médicaments, un par un, entraîne une résistance. La FDA approuve la première antiprotéase, Invirase (saquinavir), en 1995, et le premier inhibiteur nucléosidique/nucléotidique de la transcriptase inverse (INNTI), Viramune (neviparine), en 1996. Ces nouvelles molécules marquent ainsi le début de l'ère des trithérapies efficaces. Les années 2000 : Les premières trithérapies contre le VIH sont difficiles à prendre avec souvent de nombreux comprimés à avaler et des effets indésirables lourds. En 2001, la FDA approuve le  ténofovir (fumarate de ténofovir disoproxil, ou TDF), le premier inhibiteur nucléotidique de la transcriptase inverse. Le premier traitement à comprimé unique, Atripla (efavirenz/TDF/emtricitabine), est, lui, approuvé en 2006, permettant à de nombreuses personnes de ne prendre qu'un seul comprimé par jour. Enfin, en 2007, la FDA approuve le premier anti intégrase, Isentress (raltégravir). Les années 2010 : Cette décennie est marquée par la confirmation de l’efficacité du Tasp (VIH indétectable = VIH intransmissible ou I = I). Une révolution dans la vie des personnes vivant avec le VIH. Autre révolution, cette fois-ci dans la prévention quand, en juillet 2012, la FDA approuve le Truvada (TDF/emtricitabine) en traitement préventif (Prep). Les années 2020 : En 2020, la FDA approuve le premier inhibiteur d’attachement, le Rukobia (fostemsavir). L’année suivante, en 2021, l’agence américaine approuve le premier traitement VIH injectable à longue durée d’action, Cabenuva, commercialisé en France sous le nom Vocabria/Rekambys (cabotégravir/rilpivirine). Quelques mois plus tard, la Prep injectable à longue durée d’action, Apretude (cabotégravir seul) est autorisée aux États-Unis. Enfin, en décembre 2022, l’agence américaine donne son feu vert à la commercialisation du premier inhibiteur de la capside du VIH, Sunlenca (lenacapavir), une injection administrée une fois tous les six mois pour les personnes vivant avec un VIH multirésistant.

NB : Apretude et Sunlenca ne sont pas encore commercialisés en France.