Co-infections VIH-Hépatite-s, comment je gère ?

2 Décembre 2014
2 086 lectures
Notez l'article : 
0
 

Près de 30 % des personnes vivant avec le VIH sont aussi porteuses d’une ou des hépatites. Malgré l’évolution des traitements, que ce soit dans le champ du VIH et plus récemment dans celui de l’hépatite C, l’impact de la co-infection sur la vie quotidienne reste souvent très lourd. En effet, le VIH peut accélérer le développement d’une hépatite, la rendre chronique, et il peut exister des interactions entre les traitements suivant les molécules prescrites. Cela peut complexifier la mise sous traitement. Comment alors prendre soin de sa santé et organiser au mieux son parcours de soin ? Commet gérez-vous cela au quotidien ?
Partagez votre expérience ce soir à partir de 21h sur le chat thématique en compagnie d’Emilie.

Commentaires

Portrait de Emilie-seronet

Une seule personne hier sur le chat touchée par une co-infection VIH-VHC mais une dizaine de séronautes présents car, comme un d’eux le disait "je crois que c'est la phobie des séropositifs d'être encore coinfecté".

Par rapport à l’hépatite C, il semble que l’information n’est pas claire quant à sa transmission par voie sexuelle (par présence de sang).

De manière générale, il faut rappeler que le virus de l'hépatite C est très résistant  et qu'il peut survivre par exemple à l'air libre pendant plusieurs jours voire semaine (contrairement au VIH qui lui ne survit que quelques minutes à l'air libre)

 

Au quotidien, gérer une co-infection est difficile même si les nouveaux traitements améliorent nettement le vécu du traitement. "Avec l'interferon, c'est comme si on m'avait volé un an et demi de ma vie".

Quand on parle de co-infection, on pense souvent à tout ce qui touche à la santé mais moins à la vie affective. L’annonce est, on le sait, un moment difficile, alors que penser d’une double annonce ? "Déjà le VIH c'est pas évident à vendre mais VIH + VHC…"