Collecteurs de seringues : les traces de NPS en forte hausse

21 Juin 2016
2 275 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’association Safe, qui a monté la distribution postale de seringues propres en France, avait déjà constaté l’émergence de ces nouveaux produits de synthèse (NPS) dans les drogues consommées. En janvier 2015, devant la difficulté de recueillir des données sur le profil des consommateurs, l’association a réalisé une étude sur les résidus retrouvés dans les seringues usagées, récupérées via les collecteurs de rue. En partenariat avec l’université Paris-Sud, Safe en a analysé de contenu, recherchant 19 substances différentes. En ressort, une augmentation flagrante de NPS retrouvés entre 2012 et 2014. La 4-MEC, cathinone la plus courante, a été retrouvé dans 40 % des seringues collectées, contre 25 % en 2012. Pour les autres NPS, on est tout simplement passé de quasiment zéro à plus de 30 %. "L’année 2012 a marqué l’émergence des NPS, les résultats d’analyses de l’année 2014 témoignent de la banalisation de leur consommation", notent les auteurs de l’enquête. Tout cela dans un contexte où le mélange de différents produit et la poly-consommation restent très marqués. Certaines seringues présentaient des traces de pas moins de sept produits différents, dont des NPS.