Commission européenne et asile

16 Février 2023
1 641 lectures
Notez l'article : 
0
 

La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, s’est dite, mardi 31 janvier, confiante quant à l’adoption d’une difficile réforme de l’asile et de la migration dans l’Union européenne, indique l’AFP. L’exécutif européen a présenté un « Pacte sur la migration et l’asile » en septembre 2020, dont la partie la plus délicate concerne un meilleur partage des responsabilités dans l’accueil des personnes demandeuses d’asile entre pays de l’UE. Le Parlement et cinq pays occupant la présidence du Conseil de l’UE entre janvier 2022 et juin 2024 (France, République tchèque, Suède, Espagne, Belgique) se sont mis d’accord pour conclure les négociations sur l’ensemble du pacte avant les prochaines élections européennes du printemps 2024. Ylva Johansson a indiqué être « optimiste » quant à la possibilité d’un accord sur un nouveau système de répartition des demandes d’asile entre les pays membres. La commissaire a rencontré la ministre suédoise chargée de la migration Maria Malmer Stenergard, dont le pays exerce la présidence du Conseil de l’UE pendant le premier semestre 2023. « Elle m’a confirmé à nouveau que l’objectif était d’avoir une approche commune (entre pays membres) en juin », sur cette question de la répartition des demandes d’asile, pour commencer les négociations avec le Parlement, a expliqué la commissaire suédoise. Le dossier migratoire sera au menu du prochain sommet européen des 9-10 février, alors que l’UE fait face à une hausse des arrivées irrégulières et des demandes d’asile. Interrogée sur la demande de plusieurs pays, dont l’Autriche, d’un financement par l’UE de clôtures aux frontières pour lutter contre l’immigration irrégulière, la commissaire a répété que « construire des murs et des barbelés autour de l’Union européenne » n’était « pas une bonne solution ».