Couple séro-différent et accordance

27 Mai 2014
1 885 lectures
Notez l'article : 
0
 

Séro-différent ou séro-accordant, sous ces termes un peu énigmatiques se cache surtout une histoire d'amour. Histoire d'amour qui, selon ses propres expériences et son chemin de vie, peut être plus ou moins choisie. Certaines personnes vivant avec le VIH vont préférer partager leur vie avec une personne séropositive : éviter l'annonce, se sentir compris par l'autre puisqu'on vit la même chose, partager les difficultés liées au VIH. D'autres penseront au contraire que le virus aurait trop de place dans la relation si les deux vivent avec : être avec un-e séronégatif-ve permettrait d'oublier un peu, de se booster. Et puis, il y a aussi celles et ceux qui se fient au hasard des rencontres. Et vous, comment vivez-vous ou imaginez-vous votre couple ? Quelle est la place du VIH dans votre relation ? Y-a-t-il vraiment "différence" ?
Venez échanger sur ce sujet ce soir à partir de 21h sur le chat thématique en compagnie d'Emilie.

Commentaires

Portrait de Emilie-seronet

Beaucoup de séronautes en couple sérodifférent hier sur le chat, des échanges centrés pour une grande partie de la soirée sur la sexualité, plus précisemment sur comment réussir à en garder une sur le long terme.

On le voit, malgré les avancées (Hirschell, Tasp), la peur de contaminer l'autre est très pregnante : "Malgré le rapport Hirschell, le flip a pris ses racines en nous, ma femme et moi, et même si nous savons qu'elle ne risque quasiment pas (le risque zero n'existant pas), inconsciemment, la peur revient et l'envie diminue, voir le bloquage..."
"Mon objectif d'être indétectable pour revivre ma vie sexuelle avec lui ne suffit pas, moi aussi j'ai peur pour lui et j'ai peur de moi."

Au delà de la sexualité, le VIH tient quand même une place à part dans le couple, comme un couple à trois. La plupart des séronautes ne parlent pas souvent du VIH avec leur partenaire, pour les protéger, pour qu'il ne prenne pas une part trop importante dans le couple. "il y a aussi un rapport de compassion plus exacerbé et parfois plus difficile à recevoir, en ce qui me concerne." Malgré tout, parfois, sa place est pesante, il est vu comme une "barrière, un mur" : "le HIV est toujours entre nous, dans le sens où l'un le vit, l'autre le subit".
Il faut savoir alors rassurer l'autre, l'informer. Tout comme l'annonce de la séropositivité lors d'une nouvelle rencontre, qui reste problématique et suscite beaucoup d'appréhension.

Dans tous les cas, couple sérodifférent, séroaccordant, le ciment est bien l'amour et non le VIH. "Je pense qu'il n'y a plus de différence quand il y a la confiance et l'amour."