Covid-19 : des milliards contre la pandémie

13 Mars 2020
2 487 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Covid-19 est désormais qualifié de pandémie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon des données du 11 mars dernier, la maladie a contaminé plus de 120 000 personnes dans le monde depuis fin décembre. Au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas en dehors de la Chine a été multiplié par treize et le nombre de pays touchés a triplé, selon l'OMS. « Nous sommes profondément préoccupés tant par les niveaux alarmants de propagation et de gravité que par les niveaux alarmants d'inaction » dans le monde, a d’ailleurs déclaré (11 mars) le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse à Genève. « Nous avons donc estimé que le Covid-19 peut être qualifié de pandémie (…) Nous n'avons jamais vu une pandémie déclenchée par un coronavirus », a-t-il indiqué. Dans de nombreux pays, la vie quotidienne des populations est chaque jour plus perturbée, de la limitation des déplacements aux fermetures en cascade de lieux publics ou aux restrictions du nombre de personnes pouvant se rassembler. Situation unique, les 60 millions d'Italiens-nes étaient appelés-es à rester chez eux-elles et tous les commerces sont fermés en dehors des pharmacies et des magasins d’alimentation. L'Italie, qui compte désormais plus de 12 000 cas, dont 827 morts, est de plus en plus isolée avec la multiplication par certains de ses voisins des mesures de précaution, Autriche et Slovénie en tête, tandis que de grandes compagnies aériennes l'évitent et que le tourisme s’arrête. Aggravation rapide en Espagne, où les cas ont presque quadruplé en très peu de jours pour dépasser les 2 000. Conséquence, les écoles de la région de Madrid ont été fermées. Une décision similaire a été prise (11 mars) à l'échelle de toute la Pologne, de l'Ukraine, de l'Autriche, du Danemark et du Qatar qui ont ainsi emboîté le pas à une quinzaine d'autres pays. Le Danemark a également interdit tout rassemblement de plus de cent personnes et a prié les fonctionnaires de rester chez eux. L'Inde, peu touchée pour l'instant avec seulement 60 cas, a suspendu jusqu'au 15 avril l'attribution de tous les visas de tourisme pendant un mois et décidé d'imposer une quarantaine aux voyageurs provenant de Chine, d'Italie, d'Iran, de Corée du Sud, de France, d'Espagne et d'Allemagne. Les États-Unis interdisent l’entrée sur leur territoire aux personnes venant de l’Union européenne (La Grande-Bretagne n’est pas concernée), et cela pour un mois. De son côté, le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a appelé tous les pays à « redoubler d'efforts immédiatement », indique l’AFP. Confrontés aux craintes d'une crise économique majeure, un fonds d'investissement de 25 milliards d'euros est évoqué par la Commission européenne, enveloppe du même montant annoncée mercredi 11 mars en Italie, plan de 30 milliards de livres rendu public au Royaume-Uni, plan de relance de plus de dix milliards d'euros en Australie, etc. Comme le note l’AFP, la réponse des États est parfaitement désordonnée. Le Salvador, qui n'a pas recensé de cas de coronavirus à ce stade, a décrété l'interdiction pour tous-tes les étrangers-ères d'entrer sur son territoire pendant 21 jours. La Colombie et l'Argentine vont placer en quarantaine les personnes arrivant des pays les plus touchés, dont la Chine et l'Italie. Malte a suspendu ses liaisons aériennes avec la Suisse, l'Allemagne, la France et l'Espagne. Selon les données de l’OMS, le Covid-19 a tué dans le monde 4 566 personnes pour 124 101 cas de contamination. La Chine (hors Hong Kong et Macao) recense, à elle seul, 80 778 personnes atteintes dont 3 158 sont décédées. L'Iran compte désormais 9 000 cas et a enregistré 354 décès, la Corée du Sud 7 755 cas et 60 morts. La Belgique, l'Indonésie, la Suède, l'Albanie, l'Irlande, le Panama et la Bulgarie ont annoncé des décès. Les États-Unis comptent 1 001 cas et 28 décès. La France (2 281 cas confirmés, 48 décès, données au 11 mars) accélère, de son côté, les préparatifs dans la perspective d'un pic de l'épidémie avec la fermeture depuis hier des écoles, collèges, lycées et universités.

Commentaires

Portrait de jl06

Malheureusement nous sommes bien en deça de la vérité ...

bon faut pas se laisser abattre ....Wink

Salade de pamplemousse, fenouil et thon à l'huile. | Tommaso Melilli Salade de pamplemousse, fenouil et thon à l'huile. | Tommaso Melilli Nous sommes parfois confronté·es à des moments et des occasions uniques : des situations qui semblent crier pour avoir notre attention; des trains qui s'apprêtent à passer une seule fois; et malgré les annonces insistantes et la voix aiguë des haut-parleurs de la vie, on arrive quand même à passer à côté, et le train part sans nous.

C'est un peu ce qui risque d'arriver à de nombreux pays européens face à la gestion du coronavirus –laissez-moi le dire depuis l'isolement forcé de mon appartement milanais. On verra bien.

Cela dit, il y a d'autres situations et d'autres occasions à saisir moins graves auxquelles on fait face ces jours-ci, par exemple la fin de la saison des agrumes.

Combien d'entre nous oublient régulièrement d'en manger pendant les quatre mois de l'année où ils sont à disposition dans nos rayons, juteux et savoureux?

Je crois que ce problème dépend de la structure même de ces fruits: on aurait tous et toutes envie de manger une orange au petit-déjeuner ou à la fin d'un repas, mais très peu ont la force de se mettre à peler une orange. C'est pourtant pas compliqué et pas long, mais non. Faites pas semblant et regardez dans vos cœurs: vous savez que c'est vrai.

La solution c'est d'avoir quelqu'un, à côté de la table ou à côté dans la vie, qui est toujours prêt à nous peler les mandarines. Parce que si on nous propose une mandarine entière on va peut-être dire non, mais si on nous met devant une mandarine déjà pelée il y a peu de chance qu'on refuse au moins un petit quartier.

En attendant de voir si et quand on sera libéré·es du coronavirus, j'ai décidé d'orienter mes recettes des prochaines semaines sur des ingrédients vitaminés et utiles à notre système immunitaire, mais aussi sur des plats qui nous permettent d'exploiter autrement les recoins les plus abandonnés de nos placards.

Donc, avant que leur saison soit finie, et pour nous préparer au début de la fin, mangeons des agrumes.

Sans conteste, la meilleure recette salée à base d'agrumes que je connaisse est une salade sicilienne qui marie oranges, anchois, olives et fenouil. L'association entre les oranges juteuses et le goût salé et marin des anchois est absolument géniale. Mais j'en ai déjà parlé ici il y a trois ans. J'ai donc travaillé à quelques variations sur le thème de cette salade qui m'obsède.

Fenouils braisés au vermouth, orange sanguine, pistache & anchois

J'ai voulu essayer de transformer cette salade que j'adore en un plat mijoté. Les fenouils sont donc coupés en gros morceaux, comme s'il s'agissait d'une viande, et ils sont saisis et braisés dans le jus de l'orange sanguine et dans du vermouth. Sentez-vous libre d'omettre les filets d'anchois.

Pour 4 personnes, en plat, servi avec du couscous pour récupérer le jus

  • 2 gros bulbes de fenouil, ou 3 petits
  • 3 oranges sanguines
  • 1 verre de vermouth rouge, ou d'un autre vin sucré aromatisé
  • 1 petit oignon, coupé en grosses tranches
  • 20 olives noires dénoyautées
  • 4 filets d'anchois à l'huile (facultatif)
  • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 3 cuillères à soupe de pistaches
  • 1 cuillère à café de sel non raffiné

Mondez les fenouils et coupez-les en quatre quartiers. Coupez une orange en huit quartiers, puis pressez le jus des deux autres. Chauffez l'huile d'olive dans une grande poêle pour laquelle vous avez un couvercle, puis posez les quartiers de fenouils, et laissez revenir à feu moyen-vif pendant 4 minutes. Puis tournez-les de l'autre côté et faites dorer encore 4 minutes. Ajoutez les quartiers d'orange, les olives et l'oignon, puis déglacez avec le vermouth. Laissez évaporer l'alcool 1 minute, salez, puis versez le jus d'orange et couvrez. Laissez mijoter à feu doux pendant 30 minutes, puis ajoutez les filets d'anchois. Cuisez encore 4 minutes, puis servez en saupoudrant quelques pistaches légèrement concassées.

Salade de pamplemousse, fenouil et thon à l'huile

Par rapport à la salade sicilienne classique, ici on remplace l'orange par du pamplemousse, et les anchois par du thon confit. Si, comme moi, vous n'avez pas une grande passion pour le thon en boîte industriel, achetez des gros morceaux de thon frais et faites-le vous-même, comme ici.

Pour 4 personnes, en entrée

  • 2 pamplemousses
  • 1 bulbe de fenouil
  • 200g de thon à l'huile
  • 100g de pissenlit ou de scarole, roquette ou endive
  • 15 olives noires
  • 1 cuillère à café de sumac en poudre
  • 1 oignon nouveau
  • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin rouge
  • 1 cuillère à café de sel non raffiné

Mondez le fenouil et coupez-le en toutes fines tranches que vous mettez dans un grand saladier. Pelez les pamplemousses à vif, puis découpez de gros morceaux et ajoutez-les dans le saladier. Coupez finement l'oignon nouveau et hachez grossièrement le pissenlit. Ajoutez-les également à la salade. Ajoutez l'huile, les olives, le vinaigre, le sel et le sumac dans le même saladier. Mélangez gentiment et laissez macérer 10 minutes. Puis servez en émiettant, sur chaque assiette, le thon égoutté de son huile.