Covid-19 : des ministres visés par des plaintes

1 Avril 2020
1 453 lectures
Notez l'article : 
0
 

Cinq plaintes contre des membres du gouvernement visant leur gestion de l'épidémie de Covid-19 ont été reçues par la Cour de justice de la République (CJR), a indiqué une source judiciaire, citée par l'AFP. Ces plaintes ont été déposées soit par des particuliers non-malades, soit par des associations. Elle visent le Premier ministre Édouard Philippe, l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, et l'actuel ministre de la Santé Olivier Véran. La Cour de justice de la République est la seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions. Les plaignants-es accusent ces membres du gouvernement, selon les cas, de mise en danger de la vie d’autrui, d’homicide involontaire, de non-assistance à personne en danger ou de s’être abstenus de prendre à temps des mesures pour endiguer l'épidémie, selon la source judiciaire. Parmi les plaintes ne figure toutefois pas celle de trois médecins, représentants d’un collectif de soignants, qui avait été annoncée il y a une semaine. Selon la source judiciaire, elle n’est toujours pas parvenue à la commission des requêtes de la CJR. La commission des requêtes de la CJR doit désormais se prononcer sur la recevabilité de ces plaintes. Par ailleurs, trente-et-une personnes détenues ont également porté plainte contre le gouvernement et plus précisément contre la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, et le Premier ministre, pour non-assistance à personne en danger. « Aucune mesure sanitaire n’a été mise en place à l’exception de la suspension des parloirs familles pour protéger tant le personnel pénitentiaire que les personnes détenues », a dénoncé leur avocate, Khadija Aoudia. Les personnes plaignantes sont incarcérées dans les établissements pénitentiaires de Nîmes, Luynes, Salon-de-Provence, Tarascon, Arles, Perpignan, Béziers, Villeneuve-lès-Maguelone, Le Pontet, Mende, Toulon, Muret et Roanne. Mise en ligne, il y a quelques jours, une pétition en soutien à une plainte déposée par un collectif de plus de 600 médecins a quant à elle d’ores et déjà recueilli plus de 200 000 signatures. Les médecins à l’origine de la plainte accusent le Premier ministre et Agnès Buzyn de « mensonge d’État » et de ne pas avoir « agi suffisamment tôt ni pris les bonnes mesures, notamment le stockage de masques et la mise en place de tests systématiques », précise l'agence Reuters. Des accusations relayées par une partie de l’opposition politique à l’image de la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen qui a estimé qu’Agnès Buzyn serait « probablement amenée à donner des explications à la CJR ». Sur proposition de son président Damien Abad, les députés-es Les Républicains ont de leur côté annoncé leur intention de créer à l’automne une commission d’enquête parlementaire afin de faire la lumière sur d’éventuels dysfonctionnements. Une idée appuyée par Gérard Larcher, le président (LR) du Sénat où la droite est majoritaire. « Il faut tirer les leçons de cette crise et ça passe par une commission d’enquête », a-t-il indiqué lors d'une récente interview sur France Inter. A l’Assemblée nationale, la conférence des présidents a acté la mise en place d’une mission d’information sur la gestion de l’épidémie. Présidée par le président de l’Assemblée, Richard Ferrand, elle devrait contrôler chaque semaine les mesures prises par le gouvernement. Le député La France insoumise Eric Coquerel a indiqué à Reuters que cette mission devrait « impérativement se transformer en commission d’enquête ». Face à cette perspective, l’exécutif se dit prêt à « rendre des comptes ». « Cela ne m’inquiète pas parce que je crois que nous avons, avec beaucoup de professionnalisme, de détermination et de gravité regardé cette crise en face », a déclaré la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, et « nous avons pris nos responsabilités ». « C’est normal qu’on puisse rendre des comptes et c’est normal qu’une commission parlementaire interroge le processus de cette crise », a-t-elle dit sur CNews. « Nous serons évidemment prêts à y répondre, ça fait partie du jeu démocratique ».

Commentaires

Portrait de jl06

Complétement ridicule encore ..... Oivier Veran débarque déja on lui saute dessus...

Gerard Larcher qui à envoyé des scrutateur(es)  aux élections  , combien de contaminé ... juste pour sont égo ,

mais qui la ferme ......

« Il faut tirer les leçons de cette crise et ça passe par une commission d’enquête », qui à décidé du premier tour !

Dans le 06 ont compte une dizaine de contaminé des bureaux de vote .....chut .....

 l,urgence et bien ailleur ...

Portrait de jl06

Coronavirus, le dernier adieu d'une mère à ses 4 enfants. Une lettre déchirante d'une infirmière

Le témoignage dramatique d'un employé de San Luigi di Orbassano laissé au maire de Volvera. Il l'a publié sur Facebook: "Cela nous fait comprendre ce que nous risquons"

Coronavirus, le dernier adieu d'une mère à ses 4 enfants.  Une lettre déchirante d'une infirmière

 VOLVERA (TURIN). La longue lettre qu'une infirmière de San Luigi di Orbassano a écrite au maire de Volvera Ivan Marusich et qu'il a publiée sur son tableau d'affichage de profil Facebook il y a quelques nuits, le 29 mars, va droit au cœur. Impossible de ne pas sentir cette boule dans la gorge tandis que mot après mot, ligne après ligne, vous pouvez parcourir les yeux de cette lettre poignante, dure et impitoyable dans certains passages. Comme un coup de poing au visage, soudain et douloureux qui vous secoue et vous réveille. "Il s'agit d'un témoignage direct écrit pour nous, pour nous tous Volveresi - écrit le maire à ses concitoyens - pour sensibiliser et nous faire comprendre ce que nous risquons". C'est une lettre que tout le monde devrait lire. "Parce que - dit le maire -" pour ceux qui ont connu Covid comme moi de près, a écrit mon concitoyen, vous change, vous invite à vous arrêter et à réfléchir "». 

"Mon père et moi souffrons de Covid-19, je suis miraculeusement vivant et il est mort. Ce n'est pas un jeu"

 Nous avons décidé de le publier dans son intégralité.

"Bonsoir M. maire,

Je travaille à l'hôpital, je vous écris car, en tant que citoyen de Volterra, je voudrais décrire une journée type. Un comme beaucoup, dans cette période. Mais je ne veux pas décrire ce que les médias traversent: chiffres, statistiques, décrets et interdictions. Je voudrais le faire vu du côté du patient Covid positif et des opérateurs. Covid est bien plus qu'un virus sournois.

Nous sommes un pays qui ne peut que se plaindre de rien, jamais content de quoi que ce soit. Il semble que la quarantaine soit une punition plutôt qu'une protection pour chacun de nous. Si vous le jugez approprié, vous pouvez le partager, pour sensibiliser.

Quel plaisir d'être appelé anges, mais qui sait si nous le sommes vraiment.

C'est un samedi matin d'une semaine d'alerte Covid-19. Enfin un jour de repos après beaucoup de travail. Vous pouvez enfin vous consacrer à la famille. Pour vous, la quarantaine n'existe pas, il n'y a pas d'interdiction de sortir et n'a jamais existé. Vous devez travailler, vous êtes précieux, disent-ils. Mais non, pas de repos. L'appel arrive. Vous devez partir. Il est nécessaire de couvrir les quarts de travail. La plainte est un must, vous ne voudriez pas, mais c'est fait. Tandis que vous vous préparez, pensez que mars n'était pas du tout miséricordieux: quarts de 12 heures, jours fériés annulés, repos mais que sont les repos?

Vous arrivez à l'hôpital, quelques personnages dans les couloirs, mais encore trop de monde autour. Vous arrivez au service critique, celui où les patients positifs sont hospitalisés. Tout blindé, des sons. Le collègue qui est là depuis hier soir vous ouvre. Épuisée, visage marqué par un masque et des lunettes, prenez livraison et laissez-la. Doit se reposer. Sonner une cloche. Vous vous penchez dans la pièce concernée, demandez la raison de l'appel, rassurez-vous que vous allez bientôt entrer et allez vous habiller. L'habillage est long, il faut très bien maîtriser et on ne peut pas se tromper de négligence.

Vous entrez dans la patiente, vous la connaissez et la saluez. Il a un casque sur la tête, son nom est C-pap. Il permet de mieux respirer, n'a pas beaucoup d'espoir et le moniteur auquel il est connecté le confirme. Mais la patiente est consciente, lucide et orientée dans le temps et l'espace, mais surtout elle sait qu'elle va mourir. Il le sait, le perçoit et le ressent. Parlez-lui un peu.

Il n'a pas mangé depuis des jours. Ce matin, il demande le petit déjeuner. Il a un diabète incontrôlé et veut deux biscottes avec de la confiture. Le diabète sera-t-il son pire ennemi maintenant? Et dites au collègue de les transmettre.

Ce regard suppliant vous tue. Détournez-lui les yeux de temps en temps pour ne pas mourir à l'intérieur ... 
Pendant que vous fixez les câbles de vos signes vitaux, elle vous prend la main ... "Amour, es-tu maman?". "Oui, deux garçons."

"Alors tu peux comprendre ce que je ressens?"

"Je peux essayer, mais si tu veux, tu peux le décrire ... Je t'écoute."

«J'ai quatre enfants et ils ont toujours été si grands. Une belle relation, aussi parce que j'étais sa mère et son père, puisque j'étais veuve en tant que jeune homme. Je n'ai pas peur de mourir, je ne voudrais pas souffrir. Mais un jour, un de mes enfants est venu me voir et ils ne l'ont plus laissé entrer. Il a été forcé, pas un choix. Je ne pouvais plus voir les petits-enfants, la belle-fille plus personne. Moi ici, eux à la maison. "

"Mais appelez-les au téléphone et dites-leur."

"Oui, mais ce n'est pas la même chose."

"Et bien, mais ils t'entendent, ils te parlent et c'est déjà quelque chose, mieux que rien."

L'épidémie de coronavirus est-elle si différente de celles du passé? Pas autant que nous le croyons"Je les appelle tous les jours, je sens qu'ils souffrent parce qu'ils ne peuvent pas être avec moi jusqu'à la fin.

Le médecin entre, la visite et le téléphone sonne, il est l'un des enfants. Le patient dit "le médecin est là, je vous le transmets". Le médecin décrit la situation au fils. C'est vraiment critique. On dit à la dame qu'elle devra bientôt être intubée et qu'elle n'a pas beaucoup à vivre. Le fils demande à pouvoir la voir pour une dernière et brève salutation. Ce n'est pas possible. Covid ne décide pas sur qui s’installer, il s’insinue sur qui que ce soit.

Le médecin quitte la pièce et la dame pleure désespérément. Alors qu'il était encore au téléphone avec son fils, le fils pleure avec elle. Elle a toujours ce regard implorant sur vous, comme si elle voulait vous demander de faire quelque chose et lui demander de lui passer le téléphone. La dame a un vieux téléphone, elle n'est pas vieille, mais ni technologique, vous ne pouvez pas rapprocher le téléphone de votre oreille, donc vous ne savez pas ce que votre fils répond, mais ce regard vous a foré et vous n'êtes pas seulement un opérateur, vous êtes maman, vous êtes fille.

Vous dites au fils: «Rassemblez-vous tous les quatre, mais protégez-vous avec des masques. Faites-le dès que vous le pouvez, puis appelez ce numéro lors d'un appel vidéo. "

Et donne-lui le tien et je te montrerai maman. C'est une petite chose, mais au moins elle ne sera pas interrompue, et vous pourrez la voir.

Vous lui dites que vous serez là encore dix heures et que je vous rappellerai plusieurs fois si je ne réponds pas tout de suite. Pas même une heure ne s'écoule et le collègue dit que votre téléphone sonne du sac. Tu es toujours habillée et toujours dans cette pièce, tu ne sors jamais et lui demande de prendre son téléphone portable, de le mettre dans un petit sac, de le désinfecter et de le transmettre.

Ouvrez l'appel vidéo et les quatre enfants. La patiente ne s'y attendait pas et est heureuse comme Pâques et toi avec elle. Ils parlent beaucoup, ils se disent, ils se disent que je t'aime et elle désature souvent parce qu'elle se fatigue, mais tu connais le destin fatidique, tu n'as pas envie de demander de fermer. Déjà une fois qu'ils ont été contraints de couper, maintenant vous voulez que la décision leur appartienne.

L'appel dure environ une demi-heure et c'est comme si un cercle s'était fermé, ce qu'il devait être c'était ... elle n'avait résisté que pour eux, pour les voir, pour les saluer. Vous avez un cœur en mille morceaux. Pensez à vous et à vos enfants et comprenez tout ... chaque souci.

Il te prend la main, te dit merci, je veillerai sur ce que tu as fait. Et vous avez du mal à ne pas pleurer. Le patient s'éteint. Vous décidez de sortir et de laisser le reste à vos collègues. Et vous voyez que, comme les procédures le prévoient, ils l'aspergent de désinfectant, l'enveloppent dans une feuille et l'emmènent à la morgue. Seul ... seul ... ses effets personnels mis dans un triple sac noir seront incinérés.

C'est dimanche matin. L'agence du salon funéraire est venue chercher le corps. Un seul des enfants présents, à une distance de sécurité. Il ne l'a pas vue depuis cet appel vidéo. Il donne des instructions à la personne désignée et ils s'en vont ... sa voiture tourne à droite, le corps va à gauche ... seul. Vous ne pouvez pas le faire, c'est trop. Et si vous n'avez pas pleuré jusqu'à présent, vous ne pouvez pas le faire maintenant.

À la maison, ouvrez Facebook. Des plaintes partout. Ils vous ont refusé la liberté, l'enfant ne peut plus aller au parc, le chien marche trop loin de chez lui et il n'y a plus de levain. Combien d'ignorance, peu de problèmes ont les gens, mais sur une chose, nous avons toujours de la chance: on nous a également refusé des choses, nous devons également faire des sacrifices, mais au moins nous avons encore de la dignité, un droit que Covid-19 vous enlève , sans pouvoir se plaindre. Un journal de la première ligne, l'humain, du cœur ».

Portrait de jl06

Confinement et cannabis, cachez cette addiction que le gouvernement ne saurait voir

«Une dépendance grave à une substance licite vaut toujours mieux qu'une dépendance de moindre gravité à une substance interdite», déplore le Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions. | realworkhard, ponce_photography et gjbmiller via Pixabay «Une dépendance grave à une substance licite vaut toujours mieux qu'une dépendance de moindre gravité à une substance interdite», déplore le Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions.

Il croyait très bien faire. Lundi 23 mars, Ziad Khoury, préfet de l'Aisne, prenait un arrêté interdisant toutes les ventes d'alcool à emporter dans l'ensemble du département. Objectif: réduire les risques de violences intra-familiales inhérentes aux imprégnations alcooliques dont il pensait qu'elles seraient plus fréquentes durant la longue période de confinement. Las, devant les réactions de plusieurs spécialistes de la prise en charge des addictions le préfet faisait, dès le lendemain, marche arrière. Il n'avait pas saisi que, dans ce domaine aussi, le mieux peut vite se révéler l'ennemi du bien. «À part promouvoir, dans ce département, la distillation au domicile et surcharger les urgences et services hospitalier pour delirium tremens, je ne voyais guère l'intérêt de cette mesure préfectorale», explique le Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions.

Les spécialistes des addictions n'ont pas su se faire entendre en Polynésie française, où cette interdiction a été imposée. Idem au Groenland où le gouvernement a, le 28 mars, annoncé l'interdiction de la vente d'alcool dans la capitale Nuuk et sa région pendant le confinement qui doit durer, au minimum, jusqu'au 15 avril. Là aussi, l'objectif affiché est de limiter les violences domestiques. «Dans une situation aussi particulière, nous devons prendre de nombreuses précautions pour éviter l'infection. Mais le cœur de ma décision est de protéger les enfants, ils doivent avoir un foyer sûr», a expliqué le chef du gouvernement groenlandais.

L'alcool, une «première nécessité» paradoxale

Comment comprendre que l'interdiction de pouvoir acheter un produit potentiellement toxique ne soit pas une priorité de santé publique? Car il ne fait aucun doute que les contraintes inhérentes au confinement et à son prolongement dans la durée augmentent les incitations à consommer –certain·es avançant que l'alcool peut être considéré comme «un achat de première nécessité».

«On ne va pas forcément développer une dépendance, mais l'effet de groupe des apéros par vidéo par exemple peut créer une habitude et une propension à consommer tous les jours. Cependant, une personne qui ne buvait pas avant ne va pas s'y mettre», explique Selma Archier, psychologue addictologue dans une association à Montreuil. «En réalité, c'est la peur, l'anxiété, le fait de ne pas voir de fin à ce confinement qui augmente le stress et peut créer un besoin d'alcool autant que sa surconsommation. Dans ce contexte, les gens qui sont seuls sont des personnes encore plus à risque, pour gérer ces émotions négatives qui peuvent pousser à boire.»

Dès lors, en quoi interdire la vente pourrait-elle être une mesure contre-productive? «La décision du préfet de l'Aisne, qui partait d'une bonne intention, n'était pourtant pas aussi pertinente qu'on pourrait le penser a priori, explique, au risque de surprendre, l'Association nationale française de prévention en alcoologie et en addictologie (Anpaa). En effet, si l'alcool est souvent impliqué dans la survenue de violences familiales, comme facteur favorisant ou causal, cela ne saurait justifier l'interdiction totale à l'ensemble d'une population.»

«Le confinement pose avec une nouvelle acuité l'éternel problème de gérer une dépendance dans un contexte de crainte de pénurie.»

Fédération Addiction

Pour l'Anpaa comme pour tou·tes les spécialistes, les contraintes nées du confinement peuvent générer ou exacerber les violences dans certains couples. Pour autant l'arrêt de toutes les ventes d'alcool entraînerait immanquablement chez nombre de personnes dépendantes des phénomènes de sevrage aigu aux conséquences immédiates plus graves que le maintien de la consommation, même excessive.

L'initiative du préfet de l'Aisne a aussi alimenté une réflexion plus large au sein de la Fédération Addiction sur le thème des usages et addictions en temps de confinement. Elle a ainsi permis de rappeler que, pour les personnes qui en souffrent, l'addiction «est un enfermement, une prison dont elles peinent à s'extraire alors même que leur vie en devient impossible». La Fédération rappelle aussi qu'on a longtemps cru les aider en les enfermant dans des hôpitaux ou des asiles avant d'en reconnaître l'échec. «Aujourd'hui, pour les millions de Français dépendants de substances, légales ou non, le confinement pose avec une nouvelle acuité l'éternel problème de gérer une dépendance dans un contexte de crainte de pénurie.»

Parer à l'angoisse du manque

Ceci est lié à un phénomène bien connu des soignant·es comme de leurs patient·es: l'angoisse cardinale de l'addict est celle du manque. Et l'angoisse, le stress sont les moteurs essentiels du besoin irrépressible de consommer, du craving. Cette situation d'angoisse du manque doit donc non seulement être prise en charge, pour apaiser, mais aussi pour réduire les risques de débordements, d'agressivité, de troubles du comportement, de violences, de prises de risques, d'overdoses, etc.

Les personnes qui ignorent ces réalités pathologiques ont pu voir dans l'instauration du confinement une chance à saisir pour que «les addicts arrêtent de consommer». C'est ainsi que certain·es se sont étonné·es de voir que les accès au tabac et aux boissons alcooliques avait d'emblée été préservés par le pouvoir exécutif. On vit ainsi, aussitôt réactivé, le mythe du «ce n'est qu'une histoire de volonté» et celui de la prohibition décrétée comme solution unique et définitive. «Le confinement deviendrait un instrument, une sorte d'abstinence obligée grâce à une claustration salvatrice, observe la Fédération Addiction. Or c'est l'inverse qui nous semble être nécessaire: il faut assurer une garantie absolue d'approvisionnement en produits de dépendance, pour pouvoir ensuite aider ceux qui le souhaiteront à réduire ou à arrêter.»

Garantir l'accès en tabac et en alcool, certes mais ce n'était pas suffisant. C'est pourquoi plusieurs associations spécialisées (comme la Fédération Addiction ou #sovape) ont très vite réclamé la réouverture des boutiques de vape. Une demande très rapidement entendue et accordée par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, qui s'était déjà prononcé, avant d'être à ce poste, en faveur de cette méthode de réduction des risques tabagiques. Il en fut de même pour la facilitation de la délivrance des traitements de substitution aux opaciés (TSO) aux personnes souffrant de formes graves de toxicomanies.

Et les mêmes questions se posent, avec une plus grande complexité, pour les personnes dépendantes vivant dans le dénuement et, elles aussi, soumises au confinement. Au risque de heurter il faut, du moins si l'on veut que les sans-abri se rendent dans les «centres d'hébergement spécialisés», leur garantir l'approvisionnement en tabac, en alcool, en benzodiazépines et autres TSO. «C'est une condition sine qua non pour qu'ils acceptent d'y entrer et d'y rester –et pour que les troubles du comportement soient limités», expliquent les spécialistes de la Fédération Addiction.

On pourrait même imaginer, autre paradoxe, que dans ce cadre une prise en charge fondée sur la réductions des risques pourrait aider certain·es à souhaiter aller plus loin et à décrocher. Toujours selon la Fédération Addiction, quelques premières observations faites pendant le confinement dans certains centres de soins d'accompagnement et de préventions des addictions (CSAPA) sont encourageantes: les niveaux de consommation d'alcool baissent, malgré le stress, beaucoup de résident·es confiné·es expliquant que «c'est l'occasion ou jamais d'arrêter».

L'hypocrisie concernant le cannabis

Mais tout, ici, n'est pas dit par les canaux officiels. Car s'intéresser au confinement et aux addictions c'est, aussi et, traiter des drogues illicites. On vit ainsi des messages sanitaires interministériels mettre en garde contre «la consommation régulière de produits inhalés (tabac, cannabis, cocaïne, crack, etc.)», car de nature à augmenter le risque d'infection et de forme sévère de Covid-19. «Or chez certains, de telles consommations sont responsables d'une toux qui par elle-même favorise la transmission du virus à son entourage, y compris en cas d'infection sans symptôme», ajoutaient ces mêmes messages.

«Pour ne parler que du cannabis, l'actuel confinement va conduire à bien malaises individuels, à bien des impasses sociales, nous explique le Dr William Lowenstein. Les mesures de confinement font qu'il nous faut aujourd'hui compter avec les fermetures des frontières et toutes leurs conséquences en matière d'approvisionnement. Elles vont ainsi peut-être réussir là où la prohibition aveugle avait lamentablement échoué: ralentir les trafics et réduire massivement le volume des consommations.»

Une situation qui n'a rien de rassurant, selon l'addictologue: «Certains s'en réjouiront, mais ce n'est pas notre cas. Ce ne sera pas le cas non plus des personnes souffrant de maladies chroniques qui s'auto-médiquent avec les principes actifs du cannabis. Ce ne sera pas non plus le cas des policiers ou des pompiers œuvrant dans les cités. Et ce sera encore moins les cas des prisonniers et de l'administration pénitentiaire puisque que l'annulation des parloirs signifie tout simplement, aussi, la fin des approvisionnements.»

«[Il faudrait] assurer la continuité de la consommation devenue primordiale pour des centaines de milliers de personnes.»

Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions

À l'annonce du confinement plus d'un million de Français·es se sont, selon le Dr Lowenstein, précipité·es dans les lieux de deal pour faire des provisions. Mais ces dernières se tariront bientôt. Or la dépendance au cannabis existe bel et bien avec, corollaire, un syndrome de sevrage (troubles de l'humeur, du sommeil, de l'appétit, irritabilité) qui ne présage rien de bon pour l'équilibre individuel et familial, pas plus que pour l'apaisement carcéral.

«Mais voilà, notre pays a sagement décidé de laisser ouverts les débits de tabacs, les magasins des cavistes ou les boutiques de vape. En revanche il ne peut laisser ouverts ses coffee shops puisque nous n'en avons toujours pas, observe le président de SOS Addictions. Nous sommes rattrapés par l'hypocrisie récurrente de nos responsables politiques puisque nous avons opté depuis bien longtemps déjà pour une économie parallèle teintée de violences. Une politique qui aujourd'hui ne nous permet pas de déclarer un plan de soutien pour assurer la continuité de la consommation devenue primordiale pour des centaines de milliers de personnes. Comment pourrions-nous soutenir le commerce des “mafias sans frontières” alors que nous sommes officiellement en guerre contre elles?»