Covid-19 et prison : l'impréparation

28 Avril 2020
482 lectures
Notez l'article : 
0
 

La contrôleure générale des lieux de privation de libertés Adeline Hazan a dénoncé samedi 11 avril l’impréparation des pouvoirs publics français face à l’épidémie de coronavirus. Elle a appelé le gouvernement à aller plus loin en libérant 7 000 détenus-es supplémentaires en fin de peine. « Ce que prouve cette crise en prison, c’est qu’aucun plan n’avait jamais été - par aucun gouvernement - envisagé pour faire face à l’éventualité d’une épidémie et de ses conséquences en prison », a indiqué la magistrate sur France Inter. « On voit bien que les pouvoirs publics (...) ont été pris de court et ont bricolé un certain nombre de décisions, mais tout à fait en urgence », a-t-elle ajouté. « Compte tenu de cette surpopulation carcérale que nous connaissons depuis des décennies, il aurait été évident qu’il fallait prévoir ce qui pourrait se passer en cas d’épidémie et malheureusement on s’aperçoit que cela n’a pas été fait », a-t-elle déploré. Depuis le début de l’épidémie en France, soixante personnes détenues ont contracté le coronavirus et près de 900 agents-es pénitentiaires sont confinés-es à domicile, selon la chancellerie. Un surveillant et deux détenus sont décédés du Covid-19. Pour tenter de freiner la propagation du virus, l’accès aux parloirs dans les prisons françaises est suspendu depuis le mois dernier et une ordonnance a été prise pour faciliter la libération anticipée de détenus-es se trouvant à deux mois de leur fin de peine. Au total, près de 8 000 détenus-es ont été libérés en un mois, a annoncé la ministre de la Justice Nicole Belloubet lors d’une audition devant la mission d’information portant sur l’épidémie de coronavirus mercredi 8 avril. Un chiffre qui est jugé « insuffisant » par Adeline Hazan. « Au 1er mars, il y avait 13 000 détenus en surnombre ce qui est énorme, a-t-elle rappelé. Il faut que « sortent les détenus en fin de peine, pas à deux, mais à six mois de leur fin de peine avec un examen bien sûr et en excluant les infractions liées au terrorisme ou aux violences intrafamiliales ». Quant à la généralisation du port du masque à l’ensemble des détenus-es tout comme l’organisation de tests de dépistage, écartées par le Conseil d’Etat cette semaine, ce devrait pourtant être une priorité compte tenu de la promiscuité en milieu carcéral, a estimé Adeline Hazan. « Il est évident que les gestes barrières sont absolument impossibles et qu’il faut en urgence procurer aux détenus au moins du gel, des masques et des gants, et pas uniquement aux surveillants », a-t-elle indiqué. Faute de quoi, a-t-elle mis en garde, le risque d’un « scénario à l’italienne », avec des mutineries, n’est pas exclu, même si à l’heure actuelle les mouvements de protestation déclenchés par la décision de suspendre les parloirs « semblent s’être un petit peu tassés ». Pour comprendre les enjeux liés à l'infection au Covid-19 dans les établissements pénitentiaires, il est conseillé de se rendre sur le site de l'OIP.