Covid-19 : Le Fonds mondial s’alarme

7 Juillet 2020
408 lectures
Notez l'article : 
0
 

Il y avait déjà eu des signaux d’alarme sur les conséquences de la crise sanitaire liée à la Covid-19 sur d’autres pandémies comme le VIH, la tuberculose et le paludisme. Nouvelle alerte, le 24 juin, cette fois de la part du Fonds mondial. La pandémie de Covid-19 pourrait mettre en péril les avancées réalisées dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, a alerté (24 juin) à Genève, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Dans un rapport intitulé « Atténuer l’impact du Covid-19 dans les pays touchés par le VIH, la tuberculose et le paludisme », le Fonds mondial avertit que « sans mesure urgente, le nombre de décès dus au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourrait presque doubler dans les douze mois ». Il y a bien un solution pour éviter un tel drame : aider les pays touchés, qui ont, il est vrai de gros besoins. Le Fonds mondial estime qu’il faut « de toute urgence (…) 28,5 milliards de dollars pour préserver les progrès extraordinaires réalisés dans la lutte contre les trois maladies au cours des deux dernières décennies ». « Les enjeux sont immenses », a expliqué Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. « Les répercussions de la Covid-19 sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, ainsi que d’autres maladies infectieuses, pourraient être catastrophiques », a-t-il prévenu. Une façon pour lui de rappeler que le nouveau coronavirus représente une « sérieuse menace pour les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables, déjà frappées par les trois maladies ». « Ces communautés sont non seulement extrêmement vulnérables au coronavirus, mais sont encore plus exposées au VIH, à la tuberculose et au paludisme », note le Fonds. « En outre, l’impact économique de la Covid-19 les affectera plus lourdement, les carences nutritionnelles et l’effondrement des services aggraveront leur sensibilité à la maladie », détaille le Fonds mondial dans un communiqué. En fait, il y a deux sources d’inquiétude : le bilan direct de la Covid-19, qui pourrait s’avérait « catastrophique » dans les pays les plus vulnérables et une augmentation du nombre de décès dus au VIH, à la tuberculose et au paludisme. Ce dernier fait s’expliquerait par la surcharge des systèmes pour la santé, d’interruption des traitements et des programmes, et de détournement des ressources, du fait des conséquences de la Covid-19. Si ce scénario catastrophe se réalisait, cela « anéantirait près de 20 années de progrès dans les régions les plus touchées », a mis en garde le Fonds mondial. Ces trois maladies combinées continuent de tuer plus de 2,4 millions de personnes chaque année. Depuis 2002, le Fonds mondial a permis de sauver plus de 32 millions de vies et de réduire de moitié le nombre de décès causés par le VIH, la tuberculose et le paludisme depuis le pic des épidémies. Le Fonds mondial vient donc de lancer un appel de fonds de 28,5 milliards de dollars. Il vient, pour sa part, de dégager un milliard de dollars pour soutenir les pays qui ripostent contre le nouveau coronavirus.