Covid-19 : légère baisse en France

22 Avril 2021
132 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une lueur d’espoir ? L’épidémie de Covid-19 semble amorcer une pente descendante en France, avec une baisse des contaminations. Reste que cette baisse est encore trop fragile pour relâcher rapidement les mesures de restrictions. En date du 20 avril et depuis cinq jours, « nous amorçons une décroissance de l’épidémie » de coronavirus, qui a emporté plus de 101 500 personnes depuis un an, a estimé le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview au quotidien régional Le Télégramme. « On voit clairement une baisse notable dans un grand nombre de régions », a confirmé un épidémiologiste, Antoine Flahaut, sur RTL. Le taux de reproduction (R0) du virus, indicateur-clé correspondant au nombre de personnes infectées pour un-e seul-e malade, est « passé sous les 0,9 », relève ce médecin, prédisant que la baisse s’accentuera dans les jours qui viennent, indique l’AFP. « La descente n’est pas encore suffisamment rapide », avertit Olivier Véran, parlant d’une situation « fragile ». Le ministre appelle les Français-es à « continuer » leurs « efforts » afin que les nouvelles restrictions décidées à la mi-mars continuent de porter leurs fruits. La tension sur le système de santé ne faiblit pas : la France comptait 31 086 patients-es hospitalisés-es, dont presque 6 000 en soins intensifs - chiffre très surveillé par les autorités sanitaires qui veulent éviter un engorgement des hôpitaux.  Les contaminations, même en décrue, sont à un niveau trop élevé pour freiner la circulation du virus, affirment des experts-es. « Ce serait trop prématuré d’ouvrir le pays aujourd’hui. La France est sur la bonne pente et doit tout faire pour conserver », avertit d’ailleurs Antoine Flahaut. À ses yeux, il faudrait prolonger de trois semaines le régime actuel de semi-confinement. Emmanuel Macron a fixé pour la mi-mai la réouverture des premières terrasses de bars et de restaurants et de lieux culturels, promettant un protocole sanitaire strict, mais sans fixer de condition sanitaire, ni de chiffre maximal de contaminations comme il l’avait fait l’automne dernier.