Covid-19 : pas de pénuries de médicaments

26 Mars 2020
205 lectures
Notez l'article : 
0
 

La fédération française de l'industrie pharmaceutique (Leem) a assuré (17 mars) qu' « aucune pénurie » de médicaments « n'est à déplorer à ce jour » dans la crise sanitaire liée au Covid-19. Le Leem dit suivre avec « une vigilance extrême » l'évolution de la situation, indique l'AFP. Dans un communiqué, les industriels du secteur pharmaceutique disent être « mobilisés (...) sur deux fronts : la sécurisation des approvisionnements en médicaments et la recherche de solutions thérapeutiques ». Et le regroupement professionnel de souligner que la « priorité absolue » est d'« assurer aux patients, à l'hôpital et en ville, la continuité d'accès aux médicaments qui leur sont indispensables ». Le Leem explique avoir pris les mesures nécessaires « dès les premiers signaux d'alerte en provenance de Chine ». Elle informe en permanence les autorités de santé sur les « risques de tensions » liés aux mesures de confinement prises à l'étranger et qui peuvent jouer sur le ravitaillement en matière premières pour la réalisation de médicaments. Le Leem a aussi indiqué que les entreprises du secteur disposent généralement de « sites de production back up en Europe » (sites de production de sauvegarde) pour leurs médicaments ou ont « des stocks pour faire face » aux mesures de confinement. Par ailleurs, pour les principes actifs - les composés nécessaires à la fabrication des médicaments, fabriqués majoritairement en Asie -, il n'existe « pas de risque de pénurie à ce stade », a précisé à l'AFP Frédéric Collet, le président du Leem, « entre d'une part les stocks qui peuvent exister sur ces principes actifs et d'autre part le fait qu'un certain nombre de sites, notamment en Chine, ont repris une activité ». Les industriels du médicament se disent parallèlement engagés dans « une course contre la montre pour identifier et concevoir des solutions thérapeutiques » en collaboration avec la recherche médicale « afin d'accélérer le développement de thérapies, de diagnostics et de vaccins contre le COVID-19 ». La fédération rappelle que les infectiologues testent actuellement plusieurs médicaments, notamment des molécules ayant fait leurs preuves pour d'autres maladies virales comme des antiviraux déjà utilisés contre le VIH/sida ou un antiviral ayant servi contre le virus Ebola. Plusieurs programmes de développement de vaccins contre le nouveau coronavirus ont d'autre part été lancés. De son côté, l'Agence européenne du médicament (EMA) a indiqué (10 mars) que des problèmes de pénuries ou d'approvisionnement en médicaments « ne peuvent pas être exclus » à mesure que l'épidémie provoquée par le coronavirus s'étend. Elle a néanmoins rappelé qu'à ce stade aucun problème n'avait été signalé. D'ailleurs pour pallier tout problème, l'EMA a commencé, il y a plusieurs semaines un travail d'examen des médicaments à usage humain ou vétérinaire afin d'identifier les plus à risque.