Covid-19 : plus de morts en Afrique

18 Septembre 2021
204 lectures
Notez l'article : 
0
 

Effrayant. Plus de 200 000 décès liés à la Covid-19 ont été officiellement recensés en Afrique depuis le début de la pandémie, selon un comptage de l’AFP à partir de bilans officiels (chiffres arrêtés au 7 septembre). Au total, 200 254 personnes sont mortes des suites de la Covid-19 sur le continent depuis la découverte du virus en décembre 2019 en Chine. Un grand nombre de décès ont été enregistrés cet été : 27.000 en juillet et 26.000 en août. Ces chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays ou par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’OMS estime qu’en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la Covid-19, le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé. Par ailleurs, le nombre total de cas diagnostiqués ne reflète qu’une fraction du nombre réel de contaminations dans le monde, les politiques de tests différant d’un pays à l’autre. Autrement dit, sur le continent africain, ces chiffres sont sous-estimés faute de capacités de dépistage suffisantes. Le recul, constaté aujourd’hui, de la Covid-19 à l’échelle continentale est dû à une forte baisse des contaminations dans les pays les plus endeuillés du continent depuis le début de la pandémie. En Afrique du Sud, pays le plus touché d’Afrique avec un total de 83 899 décès dus à la Covid-19, environ 7 400 nouveaux cas et 234 nouveaux décès quotidiens ont été recensés en moyenne ces sept derniers jours, contre jusqu’à 20 000 cas et 420 décès par jour en juillet. Une des explications à ces chiffres importants de décès est le faible accès à la vaccination dans les pays concernés. L’Afrique est le continent où la vaccination est la moins avancée. Seules huit doses ont été administrées pour 100 habitants-es, selon un comptage de l’AFP, contre 102 en Europe et 116 aux États-Unis et au Canada. L’OMS a dénoncé fin août les « inégalités choquantes » d’accès aux vaccins, notamment concernant l’Afrique, mais son message n’est pas entendu.