Covid-19 : on vaccine à l’étranger

4 Décembre 2020
287 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Royaume-Uni est devenu (2 décembre) le premier pays occidental, devançant les États-Unis et l’Union européenne, à autoriser l’usage d’un vaccin contre la Covid-19, celui mis au point par le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech validé en un temps record par l’autorité britannique des médicaments : la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA). Le vaccin sera distribué dans tout le pays à partir 7 décembre, a annoncé Boris Johnson, le Premier ministre, qui s’est enorgueilli d’une nouvelle « fantastique », après avoir été vivement critiqué pour sa gestion de cette crise sanitaire. Le Royaume-Uni affiche le bilan le plus lourd en Europe avec, selon les critères retenus, entre près de 60 000 et 70 000 morts. « C’est la protection des vaccins qui nous permettra au bout du compte de reprendre le contrôle de nos vies et de redonner du dynamisme à l’économie », a réagi le Premier ministre sur Twitter, cité par l’AFP. Le directeur des services de santé britanniques, Chris Whitty, a déclaré que la vaccination complète des publics vulnérables prendrait jusqu’au printemps prochain. De son côté, la Chine a déjà délivré une autorisation d’urgence pour trois vaccins expérimentaux, qu’elle a administrés à environ un million de personnes depuis juillet. La Russie a, pour sa part, validé en août son vaccin Spoutnik V avant la fin des essais cliniques de phase finale et procède déjà à des vaccinations. Le président russe Vladimir Poutine a ordonné une vaccination de masse contre la Covid-19. Il a ajouté que la Russie allait produire deux millions de doses de ce vaccin dans les prochains jours, dont l’efficacité a été annoncée le mois dernier à 92 %, selon des résultats provisoires.