Covid, âge et décès

12 Mars 2021
2 965 lectures
Notez l'article : 
0
 

Tout récemment, la Haute autorité de santé (HAS) a réaffirmé le rôle majeur de l'âge dans la survenue des décès liés à la covid-19, en actualisant ses recommandations relatives aux facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie, sur la base d'une revue exhaustive de la littérature et de l'analyse de près de 200 études parues depuis le premier travail conduit par la HAS. Dans cette revue des études, la HAS a analysé en particulier deux études françaises de grande ampleur : l'étude Epi-Phare menée par l'Assurance maladie et l'Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM), et l'étude du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMS I) réalisée par le département d'information médicale de Bordeaux. Ces études permettent « de confirmer que l'âge est le facteur prépondérant dans la survenue de formes sévères et de décès liés à la Covid-19 ». Ainsi, d'après l'analyse des données issues des séjours hospitaliers en France, les personnes atteintes de Covid-19 présentent, comparativement aux 18 à 49 ans, environ : 3 fois plus de risque de décéder de la Covid-19 si elles sont âgées de 50 à 64 ans ; 7 fois plus de risque si elles sont âgées de 65 à 74 ans ; 10 fois plus de risque si elles sont âgées de 75 à 80 ans ; 16 fois plus au-delà de 80 ans. Si l'âge joue un rôle majeur, la présence de certaines comorbidités est également un facteur de risque de formes graves et de décès, même si leur impact est moindre. En complément des comorbidités à haut risque de décès, déjà identifiées dans son avis du 30 novembre dernier, la HAS ajoute les quatre suivantes : les maladies hépatiques chroniques et en particulier la cirrhose ; les troubles psychiatriques ; la démence ; les personnes présentant un antécédent d'accident vasculaire cérébral. La HAS rappelle aussi que « toutes les situations particulières identifiées comme à risque de formes graves ne peuvent être explicitement identifiées à partir de la revue de la littérature ». Ainsi, doivent être également « priorisées indépendamment de leur âge, les personnes jugées particulièrement vulnérables par leur médecin et présentant des affections préexistantes rares et graves ou des handicaps graves les prédisposant à risque particulièrement accru de décéder de l'infection par le Sars-CoV-2 (déficits immunitaires sévères, hémopathies malignes, maladies rares) ». Enfin, la HAS souligne l'attention particulière qui devra être portée aux « personnes polypathologiques, qui font partie des personnes à vacciner en priorité.  En effet, les études montrent que le cumul de trois comorbidités fait atteindre quasiment le même niveau de risque de décéder que dans la tranche d'âge supérieure sans polypathologies ».

Commentaires

Portrait de jl06

Article flippent ....demain premiere dose de vaccin ,