Covid : état d’esprit des salariés-es

5 Avril 2021
236 lectures
Notez l'article : 
0
 

En complément des données publiées par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), une étude réalisée par OpinionWay et publiée le 23 mars livre de nouveaux éléments sur la vie psychologique des Français-es en temps de Covid-19. Le résultat est globalement alarmant. Les taux de dépressions, notamment sévères, parmi les salariés-es ont explosé, un an après le début de la crise sanitaire et le premier confinement, selon ce « baromètre de la santé psychologique des salariés français en période de crise », réalisé par OpinionWay. La détresse psychologique des salariés-es français-es reste importante et touche 45 % d'entre eux/elles (-5 points par rapport à décembre 2020). Reste que 20 % sont en situation de détresse psychologique élevée. « Le taux de dépression nécessitant un accompagnement chez les salariés explose. Il passe de 21 % à 36 % (+15 points par rapport à décembre 2020) tandis que le nombre de dépressions sévères a doublé en un an (21 % en mars 2021 contre 10 % en avril 2020) », a précisé Christophe Nguyen, du cabinet Empreinte Humaine, spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux, cité par l’AFP. Les populations « les plus à risques » restent « les moins de 29 ans », dont 62 % sont en détresse psychologique avec un risque de dépression accru pour près de quatre sur dix. Les femmes sont également très touchées avec 53 % d'entre elles en détresse psychologique contre 38 % pour les hommes. Les personnes managers, dont 48 % sont en situation de détresse psychologique, sont plus touchées que les personnes non-managers (44 %). Facteur aggravant pour les premières, 60 % d'entre elles ne se permettent pas de parler de leurs difficultés avant de traiter celles de leurs collaborateurs-rices et 4 sur 10 se sentent isolés-es en tant que manager, selon le baromètre. Il a été réalisé du 1er au 12 mars auprès d'un échantillon de 2 004 salariés-es représentatif, selon la méthode des quotas. Le baromètre indique que les personnes en télétravail indiquent être celles qui sont les plus en détresse psychologique. Celles qui habitent dans moins de 40 m2 sont surexposées à la détresse psychologique (75 %). Le télétravail est « en voie de devenir un risque psychosocial au travail » et sa « lassitude » se confirme avec quatre salariés-es sur dix qui « saturent » du télétravail tandis que 50 % des salariés-es disent « manquer de lien social avec les collègues », ce qui « impacte négativement le sens qu'ils-elles donnent à leur travail ». La détresse psychologique fait aussi « craindre des drames humains ». Par ailleurs, 50 % des salariés-es disent « avoir peur de l'état psychologique » de leurs collègues à la sortie de la crise, 32 % craignent des suicides au travail et 10 % ont peur « qu'un collègue agresse physiquement d'autres personnes », selon ce baromètre.