Covid : nouveau vaccin approuvé

14 Septembre 2023
3 668 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé mercredi 30 août une version adaptée du vaccin anti-Covid de Pfizer et BioNTech pour contrer l’infection par un sous-variant très répandu du virus à l’approche de l’hiver, indique l’AFP. Si, depuis début mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne considère plus la Covid-19 comme une urgence sanitaire mondiale, le virus continue de circuler dans tous les pays, et de nouvelles souches continuent d’émerger. L’EMA a annoncé dans un communiqué avoir « recommandé d’autoriser un vaccin (...) adapté ciblant le sous-variant Omicron XBB.1.5 ». Le régulateur européen avait recommandé, en juin, que les vaccins soient mis à jour pour cibler la souche XBB du virus qui est devenue dominante en Europe et dans d’autres parties du monde. Le nouveau vaccin à ARN messager approuvé, appelé Comirnaty Omicron XBB.1.5, est destiné à prévenir la Covid-19 chez les adultes et les enfants à partir de six mois.  « Comme Omicron XBB.1.5 est étroitement lié à d’autres variants actuellement en circulation, le vaccin devrait aider à maintenir une protection optimale contre (...) ces autres variants », selon l’EMA.  Les adultes et les enfants de plus de cinq ans ont besoin d’une seule injection « quel que soit leur historique de vaccination contre la Covid-19 », tandis que les enfants plus jeunes peuvent recevoir « une ou trois doses selon qu’ils ont suivi un cycle de primo-vaccination ou ont eu le Covid-19 », a précisé l’organisation. Les effets indésirables sont généralement légers et de courte durée, selon le régulateur, qui a néanmoins précisé que « des effets indésirables plus graves peuvent survenir dans de rares cas ».  Comirnaty a été autorisé pour la première fois dans l’UE en septembre 2020. Des versions adaptatives ciblant d’autres sous-variants de la Covid-19 ont reçu le feu vert des autorités sanitaires européennes en septembre 2022. Les vaccins classiques cherchent à habituer l’organisme à un virus, en introduisant directement celui-ci dans le corps, sous forme atténuée ou désamorcée. Les vaccins à ARN messager, apparus avec la crise de la Covid-19, fonctionnent différemment. Ils se concentrent sur une petite partie du virus — dans le cas du Sars-CoV-2, la protéine dite « Spike » — et visent à injecter dans l’organisme des brins d’instructions génétiques, appelés ARN messager, ordonnant au corps de fabriquer cette protéine.  Inoffensive en elle-même, cette « spicule » du coronavirus est ensuite détectée par le système immunitaire qui va produire des anticorps. D’autres groupes pharmaceutiques préparent des vaccins ciblant la lignée XBB qui devraient être prêts pour la campagne vaccinale de cet automne.