Crimes de haine : les chiffres du FBI

27 Novembre 2020
214 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 16 novembre, la police fédérale américaine (FBI) a rendu public son rapport annuel. Il recense 7 314 crimes de haine (hate crimes) au cours de l’année 2019 – le nombre le plus important enregistré depuis 2008 (7 783 incidents), explique Le Monde (18 novembre). Pour la troisième année consécutive, le nombre de crimes haineux outre-Atlantique dépasse 7 100. Ces données regroupent les atteintes violentes et les incidents non violents à l’encontre directe des personnes (actes de vandalisme, par exemple). Parmi ces « crimes de haine », le FBI fait état de 51 homicides en 2019 (contre 24 en 2018). Les crimes motivés par des préjugés racistes concernent 57,6 % des incidents signalés. Le nombre de cas ciblant la population noire et afro-américaine a légèrement diminué en 2019 : 1 930, contre 1 943 en 2018. Cette dernière reste la première victime de ces actes (48,5 %). Les crimes contre les Hispaniques sont en hausse : de 485 en 2018 à 527 en 2019. Les crimes motivés par des préjugés sur la religion concernent 20,1 % des incidents signalés. Les juifs en sont les premières victimes (60,2 % des cas), suivis par les musulmans (13,2 % des cas), détaille le quotidien. Les crimes visant les personnes LGBT+ ont augmenté en 2019, avec, notamment, une hausse de 18 % des actes contre la communauté transgenre – la hausse la plus forte depuis que le FBI a commencé à recueillir ces données spécifiques, en 2013. Enfin, le rapport indique que les auteurs des crimes de haine recensés au cours de l’année écoulée sont le plus souvent des Blancs (52,5 % des cas).