Crise mondiale : le poids des prix de la nourriture

1 Septembre 2008
1 040 lectures
Notez l'article : 
0
 
pain.jpg

L'augmentation des prix des matières premières et notamment des denrées alimentaires est un obstacle à la lutte contre le VIH dans les pays en voie de développement. C'est ce qu'affirment de plus en plus d'experts qui indiquent que la hausse aussi forte que progressive des prix des aliments pourrait avoir pour conséquence une pénurie de produits alimentaires nourrissants vendus à des prix abordables, ce qui mettrait en péril la vie de personnes touchées par le VIH. "A mesure que les prix continuent d'augmenter, les gens commencent à acheter de la nourriture moins chère, moins nourrissante et peut-être sautent des repas. Au Lesotho, on voit déjà sauter des repas parce qu'ils n'ont plus les moyens de s'acheter à manger", a ainsi expliqué un économiste sud-africain lors de la conférence internationale sur le sida de Mexico. Cité par le site Inrin News, l'économiste affirme que "pour les personnes vivant avec le VIH, qui ont besoin d'une alimentation plus nourrissante que les personnes saines, cela aura de terribles conséquences".
Plus d'infos sur www.irinnews.org

Commentaires

Portrait de Zauberberg

En effet, les cours du blé et des matières premières agricoles s'est à nouveau effondré. Ce qui montre bien que ce phénomène n'est ni lié à des problèmes de production ni à des phénomènes climatiques mais bien à des spéculations inacceptables et mises à l'index dès le début de la crise par de très rares économistes.
Portrait de Zauberberg

Pourquoi se tourner vers l'Afrique pour ce phénomène de sous-alimentation des pvvih alors même qu'en France, une partie notable d'entre nous n'a pas les moyens de financer trois repas par jour ? Encore le problème de la paille et de la poutre !
Portrait de aurore

Serait-ce une honte de dire : Qu'en France, il y a bien longtemps que des personnes âgées et des malades ne font qu'un repas par jour, et de plus des courses "pas cher". ???