Crise mondiale : une nouvelle taxe pour la santé ?

2 Juin 2009
505 lectures
Notez l'article : 
0
 
argent.png

Plusieurs associations (Avocats pour la santé, AIDES…) ont demandé (27 mai) à Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, de faire preuve d’audace en matière de financements innovants. L'idée est de trouver de nouvelles ressources financières pour limiter les conséquences de la crise sur les objectifs sanitaires mondiaux que s’est fixée la communauté internationale. Les associations rappellent que : "Chaque jour, 15 000 personnes de par le monde meurent de trois maladies que l’on sait pourtant traiter : le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme. Cela représente près de 30 millions de personnes en cinq ans" Une des solutions qu'elles préconisent en matière de financement est la taxation à 0,005 % des transactions de change entre monnaies, un taux qui, selon les associations, est trop faible pour affecter le volume des transactions financières, mais peut générer des ressources considérables. Cette proposition a été reprise, le 28 mai, par la France. "Cette taxe serait 0,00 5%, mais sur chacune des transactions. Tout le monde vous dira "non, ce n'est pas possible, c'est compliqué", mais je pense que c'est possible et que cela se fera", a expliqué le ministre des Affaires étrangères lors d'une réunion à Paris réunissant plus de 70 pays et organisations. Avec les partenaires de la France, "on va étudier cela très vite pour passer dans les mois qui viennent à une proposition concrète", a expliqué le ministre.