Darmanin défend les camps fermés

22 Octobre 2021
219 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a prôné (11 octobre) « le modèle grec » de contrôle des frontières et souhaité que d’autres pays du sud de l’Europe puissent mettre en place des camps d’enregistrement sécurisés pour les personnes migrantes, comme celui inauguré récemment sur l’île de Samos. « Nous souhaitons que le modèle grec soit appliqué dans les autres pays méditerranéens, comme en Italie, en Espagne, à Malte », portes d’entrée des migrants-es et réfugiés-es en Europe, a indiqué Gérald Darmanin lors d’un entretien à l’AFP. Le 10 octobre, le ministre de l’Intérieur s’était rendu sur l’île grecque de Samos en mer Egée face à la Turquie où les autorités grecques ont inauguré, fin septembre, un camp « fermé et à accès contrôlé » entouré de barbelés et de miradors ! Les demandeurs-ses d’asile ne peuvent sortir que de 8h à 20h, et sont contraints-es de présenter leurs empreintes digitales et un badge électronique au portail magnétique à l’entrée. La Grèce s’est engagée à construire d’autres camps « fermés » comme celui de Samos, grâce à des fonds européens, sur quatre autres îles de la mer Egée. « Nous demandons aux pays du sud de l’UE de faire comme les Grecs de contrôler davantage les frontières extérieures et aux autres pays d’accepter un système de solidarité », a développé Gérald Darmanin. Pour de nombreuses organisations non gouvernementales de défense des droits humains dont Amnesty International, ce nouveau camp « empêche d’identifier de manière efficace les personnes vulnérables » et « limite l’accès des demandeurs d’asile aux services ». La France qui exercera la présidence semestrielle de l’Union européenne à partir de janvier 2022 compte faire du renforcement des frontières extérieures de l’Europe une priorité ; un sujet qui devrait « marquer » la campagne présidentielle française  « Nous aimerions que tous les pays qui sont aux frontières de l’Europe puissent avoir la même politique de contrôle et d’enregistrement des personnes qui entrent sur le territoire européen », a d’ailleurs noté le ministre français.  Pour nombre d’ONG, cette présidence française sera à surveiller de près.