Delta, dominant en Europe

29 Juin 2021
425 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le variant Delta du coronavirus, particulièrement contagieux, devrait représenter 90 % des nouveaux cas de Covid-19 dans l’Union européenne d’ici fin août, a estimé, mercredi 23 juin, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). L’organisme appelle évidemment à la vigilance. « Il est très probable que le variant Delta circule largement pendant l’été, en particulier chez les jeunes qui ne sont pas ciblés par la vaccination », a averti Andrea Ammon, la directrice de l’agence européenne des maladies, citée par l’AFP. Si le variant Alpha d’abord détecté au Royaume-Uni reste actuellement prédominant dans la région, les modélisations de l’agence prévoient que le variant Delta, repéré initialement en Inde, représentera 70 % des nouvelles infections dans l’UE d’ici début août et 90 % d’ici fin août, a indiqué le centre. Pour faire rempart à l’émergence du variant, qui est 40 à 60 % plus transmissible que le variant Alpha selon l’agence sanitaire, l’ECDC appelle à accélérer les vaccinations. En laboratoire ou en vie réelle, les études convergent sur un point : recevoir une seule dose de vaccin n’apporte qu’une protection limitée contre le variant Delta. À ce jour, environ 30 % des plus de 80 ans et quelque 40 % des plus de 60 ans dans l’Union européenne ne sont pas encore complètement vaccinés, d’après l’ECDC. « À ce stade, il devient crucial que la deuxième dose de vaccin soit administrée dans l’intervalle minimum autorisé après la première dose, afin d’accélérer le rythme auquel les personnes vulnérables sont protégées », a plaidé Andrea Ammon. L’ECDC invite par ailleurs les pays à la prudence face à l’assouplissement des mesures sanitaires pour lutter contre le virus. Le variant Delta représente désormais « entre 9 et 10 % » des nouveaux cas positifs en France, en forte progression, a indiqué mercredi 23 juin le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. « C’est une proportion a priori comparable à ce que nous observons, aux États-Unis, et probablement en Allemagne », a-t-il déclaré à l’issue du Conseil des ministres. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait évoqué une fourchette de 2 % à 4 % des cas dus à ce variant, à partir des données de criblage des tests positifs. Selon la dernière enquête de séquençage en date, méthode plus précise mais moins réactive, ce variant ne représentait que 1 % des prélèvements le 25 mai, contre 0,2 % le 11 mai. « Des disparités territoriales existent », a détaillé Gabriel Attal, précisant que le variant Delta représentait 12 % à 13 % des contaminations en région parisienne, mais 70 % des cas positifs détectés dans les Landes (sud-ouest), « seul département où nous observons une hausse de l’épidémie »