Dépenses de santé en baisse

19 Septembre 2021
257 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les dépenses de santé ont atteint 209,2 milliards d'euros en 2020, en hausse de 0,4 %, soit « la plus faible progression jamais observée », à cause des effets très contrastés de la crise sanitaire de la Covid-19, selon un rapport de la Drees (service statistique des ministères sociaux) publié mercredi 15 septembre. Malgré les milliards déversés pour endiguer l'épidémie, la France a dépensé à peine plus pour se soigner l'an dernier qu'en 2019. Un paradoxe lié au coup d'arrêt brutal du premier confinement, au printemps 2020.  La « consommation de soins » a diminué en conséquence chez les dentistes (-8,9 %), les médecins (-5 %), mais aussi pour les transports sanitaires (-9,4 %) et les auxiliaires médicaux (-11,9 %), à l'exception notable des infirmières (+7,2 %) « peu affectées par les mesures de restrictions sanitaires ».  À l'inverse, la baisse d'activité des hôpitaux n'a pas empêché une « accélération » des dépenses dans ce secteur (+3,7 %), portée par les « surcoûts » dus au Covid et surtout par les primes, heures supplémentaires et hausses de salaires dans les établissements publics. Les laboratoires d'analyses biologiques ont, eux, vu leurs dépenses bondir (+37,4 %) en raison du dépistage massif par tests PCR mis en œuvre à partir de l'été 2020. Ces coûts imprévus ont été entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, qui a financé 79,8 % des dépenses de santé l'an dernier, soit presque deux points de plus qu'en 2019.