Dépenses sociales publiques : la France championne

31 Janvier 2019
653 lectures
Notez l'article : 
5
 

Retraites, santé, famille, emploi : les dépenses sociales publiques ont représenté en 2018 31,2 % du produit intérieur brut (PIB) de la France. Pays qui reste de loin le pays riche le plus généreux en la matière, selon une étude publiée le 23 janvier dernier par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Comme en 2016 et en 2014, la France arrive nettement en tête du classement établi par cette organsiation. Avec des « dépenses sociales publiques brutes » équivalentes à 31,2 % de son PIB, l'Hexagone devance sur le podium la Belgique (28,9 %) et la Finlande (28,7 %). Même si cette proportion est en recul par rapport au niveau record de 32 % atteint en 2015 et 2016, elle reste largement supérieure à la moyenne des 36 pays membres de l'OCDE, qui était de 20,1 % l'an dernier. A l'autre bout de l'échelle, la Corée (11,1 %), le Chili  (10,9 %) et le Mexique (7,5 %) ferment la marche, détaille l’AFP. La France se distingue en matière de santé publique, à laquelle elle « consacre la plus importante part de PIB » selon les données le plus récentes (8,8 % en 2015, juste devant les États-Unis et l'Allemagne). Elle n'est toutefois pas la plus dépensière dans toutes les catégories. Pour les pensions de retraite et de réversion, principal poste de dépense publique dans la plupart des pays riches, elle arrive ainsi en troisième position (13,9 % du PIB en 2015, derrière la Grèce et l'Italie). Elle se classe même septième pour les « aides au revenu à la population d'âge actif » (5,4 % du PIB en 2015), qui regroupent les allocations chômage, les prestations familiales et celles liées à l'incapacité (invalidité, maladie, accidents du travail). Même en incluant les dépenses sociales privées, qu'elles soient « volontaires » ou « obligatoires », et la fiscalité propre à chaque pays, « la France garde la première place du classement des dépenses sociales des pays de l'OCDE », avec un total correspondant à 31,7 % de son PIB, devant les États-Unis (30 %) et la Belgique (26,7 %).