Dépistage universel recommandé pour le VHC

16 Mars 2020
440 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les États-Unis recommandent désormais le dépistage universel de l'hépatite C, explique le Quotidien du Médecin (5 mars). Cette recommandation émane du groupe de travail américain pour les services de prévention (USPSTF). Pour la première fois, cet organisme préconise désormais de dépister tous les personnes adultes, entre 18 et 79 ans. Dans la grande majorité des cas, les adultes n'ont besoin d'être dépistés qu'une seule fois dans leur vie. En revanche, les adultes appartenant à des groupes exposés au risque (personnes injectrices, personnes en détention, HSH) doivent faire ce dépistage plus régulièrement : chaque année. Cette décision s’explique, pour partie, par une forte augmentation des cas de VHC : un triplement des cas depuis cinq ans. C’est du moins ce qui était dit en 2017. Ainsi, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont enregistré 850 cas en 2010 et 2 436 en 2015 alors qu'ils estiment à environ 34 000 le nombre de nouvelles infections pour cette dernière année, précisaient alors les centres dans un communiqué. Selon les chiffres des CDC publiés en 2017, l'hépatite C a fait près de 20 000 morts en 2015 dans le pays, dont la majorité étaient âgés de 55 ans et plus. Les nouveaux cas d'infection augmentent le plus rapidement parmi les jeunes, avec la fréquence la plus élevée parmi les 20-29 ans. Cela s'explique surtout par l'accroissement de l'usage des drogues par injection avec l'épidémie grandissante des opiacés aux États-Unis. Reste que la majorité des 3,5 millions d'Américains (75 %) vivant déjà avec le VHC sont des « baby boomers » nés entre 1945 et 1965, d’où les recommandations actuelles d’un dépistage universel. À noter qu’en France, la Haute autorité de santé (HAS) ne recommande pas cette stratégie pour la population française, elle préconise de renforcer le dépistage ciblé auprès des populations clefs (personnes injectrices, hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, personnes en détention…).