Des députés UMP pour la suppression du Conseil économique et social

14 Mars 2013
986 lectures
Notez l'article : 
0
 

Mauvais perdants, vraiment… jusqu’à la caricature ! Une trentaine de députés UMP, conduits par Marc Le Fur, ont proposé jeudi 28 février la suppression du Conseil économique, social et environnemental (CESE), l'accusant d'avoir "refusé le jeu démocratique" en refusant de se saisir de la pétition de la "Manif pour tous". Le CESE avait jugé, quelques jours avant, irrecevable la pétition des opposants au texte de loi légalisant le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe. Signée par 700 000 personnes, la pétition demandait l'ouverture d'un débat sur le texte au sein de cette instance. Une trentaine de députés UMP, la plupart à la pointe du combat contre le projet de loi sur le mariage pour tous, ont annoncé qu'ils déposaient une proposition de loi constitutionnelle abrogeant le CESE. "Si le CESE refuse de jouer le jeu démocratique, quelle est son utilité institutionnelle ?", demande Marc Le Fur, député des Côtes d'Armor dans un communiqué. "Depuis son renouvellement en 2010, le CESE n'a, en effet, été saisi qu'à 11 reprises par le gouvernement, soit une moyenne de trois saisine par an, et de fait sa principale activité est l'organisation de colloques (475 en trois ans)", poursuit le député UMP. "Doté d'un budget de 38 millions d'euros par an comportant 233 membres issus de la société civile dont la rémunération brute mensuelle s'élève à 3 768 euros et les primes brutes de séance de section à 289,59 euros par séance, cette instance consultative n'apporte en réalité rien au débat public", affirme-t-il.