Des familles touchées par le VIH expulsées

15 Juillet 2009
549 lectures
Notez l'article : 
0
 
Phnom_Penh_v.jpg

C'est par un communiqué officiel (fin juin 2009) qu'Amnesty International a condamné fermement l'attitude des autorités de Phnom Penh (Cambodge) pour avoir expulsé de leurs logements une vingtaine de familles touchées par le VIH/sida.  Ces familles ont été relogées en dehors de la ville dans un site qui ne dispose pas de l'eau courante ni de l'électricité. Pour couronner le tout, il est difficile dans cet endroit d’avoir accès à des services médicaux. En fait, ce site où les familles sont contraintes de s'installer est surnommé le "village du sida". "Du fait de l’éloignement de la ville, les habitants ne peuvent pas accéder aux centres des soins ni se rendre à leur travail, ce qui accentue les risques pour ces familles. Elles ont des besoins humanitaires urgents : elles ont besoin d’eau potable, d’un plus grand espace de vie, d’un accès aux services médicaux et d'un approvisionnement en nourriture. La santé des familles expulsées risque fort de se dégrader", dénonce Amnesty International. Pour cette exclusion déguisée en déménagement, les autorités ont donné aux familles : 50 kilos de riz, de la sauce soja, de la sauce poisson, des bidons d’eau et 180 euros. Royal !
Plus d'infos sur http://www.amnesty.fr/