Des LGBTQI+ attaquent Zemmour

30 Mars 2022
1 864 lectures
Notez l'article : 
0
 

Six associations de défense des droits LGBTQI+ et de lutte contre l’homophobie (Inter-LGBT, Stop Homophobie, SOS Homophobie, Mousse, Adheos et Quazar) ont annoncé à l'AFP avoir déposé plainte (mercredi 23 mars) à Paris contre le candidat d'extrême droite à la présidentielle Éric Zemmour pour « contestation de crime contre l'humanité ». Elles l’accusent d'avoir nié la déportation d'homosexuels pendant la Seconde guerre mondiale. Les associations visent par cette plainte simple une phrase précise du polémiste-candidat dans son livre paru en septembre, « La France n'a pas dit son dernier mot » (Editions Rubempré) : « La déportation en France d'homosexuels en raison de leur « orientation sexuelle », comme on dit aujourd'hui, est une « légende » ».  Dans ce passage du livre, Éric Zemmour fait, à ce moment-là, état d'un désaccord avec l'ex-patron de l'UMP (ancêtre de LR), Jean-François Copé, qui avait exclu le parlementaire, notoirement homophobe, Christian Vanneste du parti « en raison de la polémique qu’il avait provoquée en affirmant que la déportation des homosexuels depuis la France était une légende ». Dans leur plainte, dont l'AFP a eu connaissance, les associations représentées par Maître Étienne Deshoulières affirment que « la déportation des homosexuels lors de la Seconde Guerre mondiale est une réalité historique établie », qui a été reconnue à plusieurs reprises par des dirigeants français, tels que l'ex-chef de l’État Jacques Chirac en 2005 ou l'ex-Premier ministre Lionel Jospin en 2001. Les associations accusent Éric Zemmour d'avoir « falsifié l'histoire pour justifier ses positions homophobes », et soulignent que « c'est la première fois que des poursuites sont engagées contre les propos niant la réalité de la déportation des homosexuels pendant la Première guerre mondiale ». « Je n’ai pas connaissance de la plainte, je réagirai quand j’en connaîtrai le contenu », a répondu à l'AFP Maître Olivier Pardo, avocat d'Éric Zemmour.