Des ONG demandent un autotest du VIH plus accessible

17 Juillet 2016
641 lectures
Notez l'article : 
0
 

"Le principal frein à [la] diffusion [de l’autotest] auprès d’un plus grand nombre de personnes demeure son coût et son accessibilité. Avec un prix moyen en pharmacie de 25 à 28 euros, il n’est clairement pas à la portée de tous". Dans un communiqué commun, AIDES et HF prévention ont souhaité dénoncer, près d’un an après l’autorisation de la vente des autotests du VIH en pharmacies, le manque de volontarisme politique dans la promotion de ce nouvel outil, qui trouve une utilité forte auprès des utilisateurs. "Un premier bilan montre que les autotests touchent une population qui ne se serait pas dépistée autrement. Une enquête d’opinion (1) laisse déjà apparaître que pour plus d’un tiers des utilisateurs, il s’agissait de leur premier dépistage du VIH et parmi eux près d’un tiers affirmaient qu’ils n’auraient pas eu recours à un autre type de dépistage". Dès lors, les deux associations de lutte contre le sida réclament, d’une part une action sur le prix de l’autotest, comme une baisse de la TVA à 5,5 %, comme pour le préservatif, et l’accès libre en pharmacie. De l’autre, elles demandent que les tests gratuits, promis aux associations de terrain pour la promotion sur le terrain soient enfin débloqués et remis aux militants.

(1) : Enquête réalisée par le site illicopharma.com entre septembre 2015 et mars 2016 sur 909 utilisateurs