Désordres neurocognitifs (ou neuropsychiques)

16 Février 2009
755 lectures
Notez l'article : 
0
 
croi2009_v.jpg

Les désordres neurocognitifs modérés associés au VIH sont assez fréquents, et peuvent se manifester de multiples façons, entre autres, des troubles de mémoire, d’apprentissage ou de compréhension, des troubles d’attention et de comportement, des difficultés de concentration. Jusqu’à présent, on pensait que ces désordres survenaient essentiellement à un stade assez avancé de la maladie à VIH, et qu’un traitement efficace débuté tôt permettait de les prévenir. De nouvelles données ont montré que malgré l’initiation d’un traitement, beaucoup de personnes continuent à souffrir de ce genre de désordres, qui, même s’ils sont modérés ont un impact important sur l’observance du traitement, la qualité de vie et la mortalité. Pour prendre en charge efficacement ces désordres neurologiques, il est conseillé de recourir préférentiellement à des antirétroviraux qui pénètrent le compartiment du système nerveux, mais aussi de traiter les autres pathologies éventuellement associées (comme les hépatites C, ou la dépression). Des médicaments sont en cours d’évaluation (la memantine et la minocycline) et semblent assez prometteurs pour réduire l’incidence des troubles neuropsychiques chez les personnes séropositives. A suivre.