Détenus séropositifs : E. John dénonce l’Alabama

29 Septembre 2012
2 474 lectures
Notez l'article : 
0
 
EltonJohn.jpg

Elton John a dénoncé (17 septembre) dans le "Washington Post", la "discrimination et l'injustice" dont sont victimes, selon lui, les personnes détenues séropositives dans les prisons d'Alabama et de Caroline du Sud. En Alabama, "les prisonniers séropositifs doivent porter un brassard blanc pour les distinguer des autres détenus, une "étoile jaune" des temps modernes", a expliqué le chanteur dans sa tribune. En Caroline du Sud, les quelque 400 personnes vivant avec le VIH dans les prisons, même celles écrouées pour des infractions mineures, sont parquées dans des infrastructures dotées d'un maximum de sécurité "tout comme le couloir de la mort", a déploré celui qui est aussi le président de la Fondation Elton John contre le sida. Mais "le VIH n'est plus une condamnation à mort. Etre simplement porteur du virus ne mérite ni une peine cruelle et inhabituelle, ni le déni des possibilités de réinsertion dans la société", écrit le chanteur et militant. Il estime que la plupart des personnes détenues séropositives dans ces deux Etats passeront plus de temps derrière les barreaux que d'autres prisonniers séronégatifs condamnés à des peines similaires, simplement parce qu'ils ne sont pas éligibles pour des programmes permettant une libération anticipée.
"En privant les détenus séropositifs d'une égalité de traitement, l'Alabama et la Caroline du Sud encouragent la peur, le préjudice et même la violence entre eux", ajoute Elton John, cité par l’AFP. "La ségrégation et la discrimination institutionnalisées étaient la norme dans les prisons américaines : en 1985, 46 des 51 systèmes pénitentiaires d'Etat et fédéraux traitaient différemment leurs prisonniers séropositifs. Mais la science a prévalu sur la peur", écrit encore le chanteur, se félicitant qu'aujourd'hui les prisons dans 48 Etats américains et de par le monde, "n'ont plus de problème à apporter des soins médicaux aux séropositifs sans pour autant les priver de leurs libertés". Les détenus vivant avec le VIH en Alabama et en Caroline du Sud "payent leur dette vis-à-vis de la société en accord avec la justice. Ils ne doivent pas subir une double peine en étant des prisonniers du passé", conclut le chanteur.