Deuil et VIH : le CNS rend un avis

4 Avril 2009
864 lectures
Notez l'article : 
0
 
fleur_0.jpg

France : les Elus locaux contre le sida (ELCS) ont alerté le Conseil national du sida (CNS) sur les difficultés rencontrées par plusieurs familles lors du décès de personnes infectées par le VIH. Le problème est l'application d'une réglementation (ancienne, sur les maladies contagieuses) qui interdit la pratique de soins de conservation sur les personnes décédées du VIH/sida ainsi que leur exposition à la famille pour un dernier adieu. Le Conseil a publié le 12 mars dernier un avis à ce sujet. Dans cet avis, le CNS estime que cette réglementation "présente un caractère dramatique pour toute famille désireuse de revoir la personne décédée. Elle rajoute troubles et complications administratives alors même que les familles et les proches sont plongés dans la douleur et le deuil. Cette interdiction renforce par ailleurs une représentation de l’infection du VIH comme une maladie dangereuse [et contagieuse, ce qu'elle n'est pas] qui nécessite des procédures dérogatoires au droit commun." Le Conseil national du sida considère "qu’aucun argument technique ou scientifique ne peut justifier l’application de mesures spécifiques en matière d’opérations funéraires sur les corps des personnes décédées infectées par le VIH dès lors que sont strictement suivies les précautions universelles qui s’imposent lors de toute opération funéraire." Le CNS demande donc la suppression de cet arrêté pour le VIH/sida ainsi que les hépatites.