Diabétiques : le gouvernement hongrois se sucre !

17 Mai 2012
737 lectures
Notez l'article : 
0
 
Drapeau_Hongrie.jpg

En voilà une idée … qui est bien mauvaise ! Pour réduire les dépenses de santé, le gouvernement hongrois, très conservateur, vient de décider, par un décret paru dans le "Journal officiel" (23 avril) que les personnes diabétiques qui n’observeraient pas strictement leur régime n’auraient pas accès aux meilleurs traitements subventionnés. Comment le savoir ? Le gouvernement hongrois a pensé à tout, explique l’AFP. Les personnes diabétiques (500 000 en Hongrie) devront se soumettre chaque trimestre, à partir du 1er juillet 2012, à un test sanguin spécifique contrôlant leur consommation d’hydrates de carbone. Si leur taux de glucose dépasse deux fois dans l’année les limites fixées par décret, ils se verront interdire l’accès à l’insuline analogue, et devront se contenter de traitements à base d’insuline humaine moins performants, et provoquant plus d’effets indésirables. Seuls les mineurs et les personnes souffrant d’une forme sévère de diabète seront exemptés de la sanction. Le gouvernement justifie cette politique au motif que "les médicaments des diabétiques coûtaient 30 milliards de forints (100 millions d’euros) et qu’il était inutile de gaspiller l’argent des contribuables pour des gens qui ne coopéraient pas avec leur médecin". Evidemment dans cette lecture politique de la santé, on ne tient pas compte des paramètres qui expliquent qu’il ne s’agit pas d’indiscipline de la part des personnes. Par exemple, les personnes qui ne peuvent pas financièrement acheter les aliments diététiques modernes auront les plus grandes difficultés à rester dans les clous tels que fixés dans le décret… pas de chance, c’est probablement celles qui sont les moins riches… On voit bien avec ce précédent ce que pourrait devenir la santé publique si un tel principe venait à se généraliser pour d’autres maladies dont les traitements sont aussi très coûteux.