Diminution du risque de VIH et circoncision : une étude chinoise

13 Janvier 2016
1 457 lectures
Notez l'article : 
5
 

Des études l’ont déjà démontrée, la circoncision masculine médicale et volontaire (CMMV) réduit le risque de transmission hétérosexuelle du VIH chez l'homme. Des chercheurs ont voulu savoir si cette méthode avait un intérêt en matière de transmission sexuelle d’homme à homme. C’est une équipe chinoise qui a conduit ce projet. La méthode était la suivante : vérification par examen génital du statut de circoncision et par auto-déclaration. Le rôle joué pendant les rapports anaux a été évalué par un entretien. Il s’agissait de savoir si la personne était active ou passive lors de la pénétration. Le statut sérologique pour le VIH et la syphilis a été confirmé. L’étude a porté sur 1 155 participants (242 personnes qui connaissaient leur séropositivité au VIH et 913 qui ne connaissaient pas leur statut pour le VIH lors du recrutement). Le taux de circoncision par autodéclaration (10,4 %) était plus élevé que celui confirmé par l'examen génital (8,2 %). La circoncision masculine (après examen) était associée à 47 % de risques en moins d'être séropositif après ajustement compte tenu des co-variables démographiques, du nombre de partenaires sexuels masculins durables et du rôle joué dans les rapports anaux (actif ou passif). Parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes qui avaient un rôle principalement actif dans les rapports anaux, les hommes circoncis présentaient des risques d'infection par le VIH inférieurs de 62 % par rapport aux hommes non circoncis. Parmi les hommes dont la position dans les rapports anaux était principalement passive ou indéterminée, les hommes circoncis présentaient des risques d'infection par le VIH inférieurs de 46 % par rapport aux hommes non circoncis. Comparativement aux hommes non circoncis déclarant jouer un rôle indéterminé ou principalement passif lors des rapports anaux, ceux qui étaient circoncis et déclaraient pratiquer des rapports anaux actifs présentaient un risque inférieur de 85 %. La circoncision n'était pas clairement associée à un risque moindre de syphilis. Dans leur conclusion, les chercheurs expliquent que les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes présentaient moins de risques d'acquisition du VIH, la diminution la plus nette se retrouvant chez les hommes pratiquant principalement des rapports anaux actifs. Un essai clinique doit être effectué pour confirmer cela. Dans ses commentaires, la lettre d’information "Unaids science now" rappelle que la circoncision a déjà démontré son intérêt dans la prévention de l’acquisition hétérosexuelle du VIH dans les populations où la prévalence du VIH est très forte. Ce rôle protecteur était moins clair chez les gays et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. "Cette étude transversale sur des hommes gays et d'autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en Chine suggère que, globalement, les risques de séropositivité chez les hommes circoncis étaient environ deux fois moins élevés que chez les hommes non circoncis, après ajustement compte tenu des différences relatives aux facteurs démographiques et au comportement sexuel. Biologiquement, la circoncision favorise la protection des hommes gays (….) qui jouent un rôle exclusivement ou principalement actif lors du rapport et, chez les hommes de ce groupe, l'effet protecteur était légèrement plus élevé, quoique pas statistiquement significatif. Ceci soutient une méta-analyse qui a observé un résultat similaire parmi les hommes gays et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui assumaient un rôle actif lors de rapports anaux", précise "Unaids science now". Les auteurs soulignent que les stratégies de prévention du VIH chez les hommes gays et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes restent limitées en Chine, et suggèrent que des études soient réalisées afin d'évaluer la faisabilité d'un essai contrôlé par sondage aléatoire multicentrique sur l'effet de la circoncision masculine médicale et volontaire (CMMV) sur l'acquisition du VIH chez les hommes gays et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes dans ce cadre.

(1) : Qian HZ, Ruan Y, Liu Y, Milam DF, HM LS, Yin L, Li D, Shepherd BE, Shao Y, Vermund SH. J Acquir Immune Defic Syndr. 21 sept 2015.