Discrimination au travail : une victoire en Chine

13 Juillet 2017
463 lectures
Notez l'article : 
5
 

L’affaire est importante, largement traitée par le "Quotidien du peuple" (22 juin). Dans une affaire de discrimination au travail dans la province du Guangdong (sud de la Chine), un employeur a finalement perdu un procès pour avoir licencié un employé séropositif. Un premier procès de ce genre considéré comme une étape importante dans les efforts du pays pour défendre l'égalité professionnelle des personnes vivant avec le VIH. La Cour populaire intermédiaire de Guangzhou a jugé le 19 juin 2017 qu'il était contraire à la loi d'exiger d'un demandeur séropositif de quitter son emploi dans une institution publique pour avoir plus de temps de repos. La personne concernée, 27 ans, s'était vu imposer en 2015 un examen médical, pour postuler à un poste permanent dans l'établissement, où il avait travaillé pendant trois ans comme contractuel. En avril 2016, le jeune homme avait déposé un dossier d'arbitrage pour reprendre son travail, mais la demande avait finalement été rejetée. Depuis, son cas s’était enlisé dans les procédures judiciaires, c’est souvent le cas en Chine avec les affaires ayant trait au VIH, constate le "Quotidien du peuple". Lors du dernier procès, le tribunal a souligné qu'il n'y avait pas de loi, pas de règlement, ni de directive industrielle interdisant aux personnes vivant avec le VIH de travailler comme inspecteurs des aliments. Il avait indiqué que le renvoi par l'employeur des demandeurs d'emploi vivant avec le VIH par peur d'infecter les autres, va à l'encontre des politiques chinoises pour protéger les droits fondamentaux des personnes atteintes du VIH. L'autorité judiciaire a de plus insisté sur le fait que le sida ne se propage que par l'échange de fluides corporels et ne nécessite pas d'isolement.