Discriminations : le chef de la Banque mondiale rencontre des militants

25 Avril 2014
545 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le président de la Banque mondiale (BM) Jim Yong Kim a rencontré (11 avril) quinze militants des droits LGBT issus de différents pays en développement qui ont souhaité rester anonymes par peur de représailles, a annoncé l'institution. Cette rencontre, la première du genre selon la Banque mondiale, intervient six semaines après que la Banque mondiale a suspendu un prêt de 90 millions de dollars à l'Ouganda, en réaction à l'adoption d'une loi durcissant la répression contre l'homosexualité. "Il est très encourageant que la Banque mondiale se tienne prête à écouter la voix de communautés marginalisées, en particulier celle des minorités sexuelles", ont estimé les militants reçus dans un communiqué commun. Récemment, Jim Yong Kim a publié une tribune dans le "Washington Post" qui expliquait et dénonçait les conséquences des discriminations notamment homophobes sur le développement des pays, leur vie économique. Il écrivait ainsi : "La discrimination institutionnalisée est néfaste aux individus comme à la société. La discrimination généralisée a aussi des répercussions négatives sur l’économie. Il est clair que l’activité économique souffre lorsqu’un pays applique une législation empêchant des individus productifs de participer pleinement au marché du travail". Et le président de le Banque Mondiale d’expliquer : "La suppression des discriminations n’est pas seulement une nécessité morale : elle est essentielle à la promotion d’une croissance économique durable, équilibrée et sans exclus dans toutes les sociétés — aussi bien au sein des pays développés que des pays en développement, au Nord comme au Sud, en Amérique comme en Afrique". On peut lire l’intégralité de la tribune de Jim Yong Kim sur le site de la Banque Mondiale.