Dons du sang : oui aux homos anglais

15 Novembre 2011
2 379 lectures
Notez l'article : 
0
 
sang_poche_0.jpg

Depuis le 7 novembre et pour la première fois depuis 1980, les homosexuels britanniques masculins peuvent faire don de leur sang, indique "Le Monde" (8 novembre 2011). Evidemment, il y a une condition : être abstinents sexuellement depuis un an. "Cette décision a été annoncée début septembre par le ministère de la santé après que la commission consultative sur les dons du sang a rendu son avis, rappelle le journal. Cet organisme d'Etat a estimé que la restriction, mise en vigueur dans les années 1980 pour endiguer le virus du sida, peut être levée. Cette mesure découle d'une série d'études scientifiques, a précisé le gouvernement, qui tient à rassurer les citoyens sur cette question encore sensible. L'organisme chargé de la sûreté du don du sang (SaBTO) a notamment mené des études sur la détection du VIH dans le sang en corrélation avec le temps d'abstinence. Après une période de cinq ans, le risque de non détection du virus dans le sang s'élève à un pour 4,39 millions de dons. Après une seule année d'abstinence, le risque s'élève à un pour 4,38 millions de dons. La hausse du risque s'avère donc minime. A l'opposé, sans condition établie d'abstinence, le risque passerait à un pour 3,48 millions de dons, soit une hausse notable des risques d'infection de 26,5%".

 

Commentaires

Portrait de frabro

Oui, quel est le risque avec un donneur de sang hétéro non abstinent et coureur qui baise n'importe où et n'importe quand avec n'importe qui ? Comme on ne se base que sur du déclaratif, de toutes façons n'importe qui peut dire n'importe quoi sur sa sexualité et son comportement. Ce n'est qu'une hypocrisie de plus !
Portrait de romainparis

donneurs, alors même qu'ils stigmatisent sans raison une population. Qu'ils ne s'en prennent qu'à eux-même.
Portrait de brw40

En france ils font preuve d'une grosse hypocrisie, j'avoue avoir été donneur, ma sérologie me le permettais mais je faisais pourtant partie des personnes dite à risque, je me contentait de mentir au formulaire . Je ne suis très loin d'être seul, mon anciens compagnons l'a fait pendant 15 ans en mentant sciemment sur sa sexualité (qui pourtant était visible) avec la complicité du centre qui le relançait régulièrement à cause de son groupe sanguin rare, il se contentait de lui demander si il n'avait pas changé de partenaire.

Personnellement j'ai arrété car mon sang un peu plus épais que la normal a l’époque

m'imposait des séances trop longue a mon gout (1h pour la derniére)

Je me rappelle aussi d'un don imposé durant mon service militaire.... comme si on allait leur raconter notre vie intime lors du questionnaire ..... chacun sait qu'il y a autant de gay que partout ailleurs, et pourtant ils sont parti avec des pochette de sang de tout le monde ....comme si sur les 200 donneurs il y avait eu 200 personnes 'non a risque" suivant leur critère !!