Drogues : la Norvège dépénalise

25 Janvier 2018
6 633 lectures
Notez l'article : 
0
 

Mi décembre 2017, le Parlement norvégien a voté la dépénalisation de la consommation de drogues. Cette décision est due aux votes de quatre formations politiques sur les neuf représentées au Parlement. Ce sont 133 députés sur 175, qui ont voté en faveur d’une dépénalisation des drogues dans le pays. Les Conservateurs, le Parti travailliste, la Gauche socialiste et les Libéraux se sont entendus sur cette mesure, indique le site Ulyces. "Nous voulons cesser de punir les personnes usagères de drogues pour leur apporter plutôt de l'aide et un traitement", a déclaré Nicolas Wilkinson, le porte-parole en charge des questions de santé au sein du SV (parti de gauche apparenté anticapitaliste). "Il est important de souligner que nous ne légalisons pas le cannabis et toutes les autres drogues, mais que nous les décriminalisons", a, pour sa part, tenu à préciser le conservateur Sveinung Stensland (H), vice-président du comité de Santé publique au sein du Storting, unique chambre du Parlement norvégien. "Le changement prendra du temps, mais cela signifie qu'il faut changer de vision : ceux qui ont un problème de toxicomanie doivent être traités comme des malades, et non poursuivis comme des criminels en les sanctionnant avec des amendes ou des peines de prison", a-t-il ajouté. Avec cette nouvelle législation, la Norvège emboîte le pas du Portugal, premier pays à dépénaliser l'usage de toutes les drogues, qui a opéré cette transition en 2001. La décriminalisation a évité de procéder à des arrestations, d'organiser des procès coûteux, ou de mettre en détention des personnes malades au frais de l'Etat, rappellent des expert-e-s. Des débats du même genre ont lieu en Irlande. Le pays pourrait, à son tour, décriminaliser les drogues. Cette mesure pourrait entrer en vigueur en 2019. L’Irlande prévoit également l’implantation d’une salle de consommation à moindres risques, rapportait récemment le journal "Irish Times".